Accueil / Développement / Production industrielle : La stagnation confirmée par les chefs d’entreprises

Production industrielle : La stagnation confirmée par les chefs d’entreprises

Production industrielle : La stagnation confirmée par les chefs d’entreprises

Le mois de novembre a été marqué par un repli des ventes. Les industriels ayant répondu à l’enquête de la banque centrale ont fait observer un repli des ventes aussi bien sur le marché local qu’étranger.

Si les industriels anticipent une amélioration de production et vente dans l’ensemble des branches d’activité, d’autres manquent de visibilité quant à l’évolution future de leurs activités. Et pour cause : la cadence industrielle n’était pas trop encourageante ces derniers mois. C’est le cas du mois de novembre.

Aucun changement de la production industrielle n’a été observé au onzième mois de l’année. C’est ce qu’on peut déduire de l’enquête mensuelle de conjoncture industrielle établie par Bank Al-Maghrib. La production du mois de novembre aurait connu, selon les chefs d’entreprises interrogés, une stagnation d’un mois à l’autre.

«La stagnation de la production recouvre une baisse dans la chimie et parachimie, une stagnation dans l’agroalimentaire tandis que dans les autres branches la production aurait enregistré une amélioration par rapport au mois d’octobre», apprend-on de Bank Al-Maghrib.

Le taux d’utilisation des capacités s’est établi pour le onzième mois de l’année autour de 77%. En analysant l’évolution du taux d’utilisation des capacités, les répondants à l’enquête soulèvent qu’«il aurait augmenté dans l’ensemble des branches d’activité à l’exception de la chimie et parachimie où il aurait accusé un repli et de l’agroalimentaire où il aurait stagné».

Le mois de novembre a par ailleurs été marqué par un repli des ventes. Les industriels ayant répondu à l’enquête de la banque centrale ont fait observer un repli des ventes aussi bien sur le marché local qu’étranger. Les chefs d’entreprises lient cette baisse à la branche «chimie et parachimie».

En revanche, les industriels ont observé une amélioration des ventes à la fois dans le «textile et cuir» et «la mécanique et métallurgie». Les ventes ont en revanche stagné dans l’agroalimentaire. «Par sous-branche, les ventes auraient diminué dans l’industrie textile ainsi que dans la métallurgie et augmenté dans la fabrication d’autres produits minéraux non métalliques», relève-t-on de l’enquête de Bank Al-Maghrib. Sur le plan local, le repli des ventes concernerait l’ensemble des branches d’activité. Seul le «textile et cuir» a pu voir ses ventes locales en hausse. «La baisse des expéditions à l’étranger traduit le repli enregistré dans la chimie et parachimie», déduit-on de l’enquête de conjoncture. L’enquête de Bank Al-Maghrib révèle également que «les commandes globales se seraient améliorées avec toutefois un carnet de commandes qui serait resté à un niveau inférieur à la normale». Les commandes se seraient améliorées, au mois de novembre, dans l’agroalimentaire et dans le textile et cuir. Elles auraient, en contrepartie, reculé dans la mécanique et métallurgie et stagné dans la chimie et parachimie. Se référant à l’enquête de la banque centrale, le niveau des carnets de commandes aurait été normal dans l’agroalimentaire et dans la chimie et parachimie et inférieur à la normale dans la mécanique et métallurgie et dans le textile et cuir.

par Kawtar Tali
aujourdhui.ma

Aller en haut