samedi 26 septembre 2020
Accueil / Développement / Programme américain «PROSPER AFRICA» : Cibler le fond de l’Afrique

Programme américain «PROSPER AFRICA» : Cibler le fond de l’Afrique

Programme américain «PROSPER AFRICA» : Cibler le fond de l’Afrique

Suscitée par une croissance africaine solide, l’initiative «Prosper Africa» fera office d’un tremplin pour le développement de partenariats entre les opérateurs américains et africains. La Tunisie sera le trait d’union entre les deux continents.

Le 6 du mois en cours, la Tunisie s’attend à un événement de grande envergure. Il s’agit de la conférence internationale “Prosper Africa”, qui est une initiative américaine lancée par l’administration Trump dans l’objectif de développer des partenariats entre les secteurs privés des deux continents, respectivement  américain et africain. Cette initiative vise également à impliquer davantage les opérateurs privés américains dans le développement du continent noir.
Cet événement sera organisé par l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique et la Chambre de commerce tuniso-américaine AmCham, en partenariat avec les départements des Affaires étrangères et du Commerce tunisiens. Une conférence de presse a été tenue, à cet effet, par les diverses parties organisatrices, jeudi dernier 30 janvier, afin de présenter l’événement, ses objectifs ainsi  que ses principaux axes.

Amélioration de la compétitivité
Dans son allocution d’ouverture, le ministre du Commerce, Omar Béhi, a fait savoir que le choix de la Tunisie comme pays hôte était  à la demande des autorités tunisiennes, laquelle a été approuvée par l’administration américaine. “Nous avons choisi la Tunisie pour accueillir cet événement, en raison de sa position géographique stratégique mais également en raison de ses relations commerciales développées dans le continent et grâce à son engagement continu à s’ouvrir à l’investissement et au Business. C’est une reconnaissance du développement du partenariat tuniso-américain”, a souligné l’ambassadeur américain S.E. Donald Armin Blome, dans son allocution d’ouverture.
Si cette initiative vise, entre autres, à changer la perception du «doing Business» en Afrique, c’est que le choix de la Tunisie en tant que pays hôte était fait dans l’objectif de consolider cet objectif-là, a expliqué Aysa Miller, attaché commercial à l’ambassade des Etats-Unis.

Le ministre du Commerce a, par ailleurs, appelé toutes les entreprises tunisiennes qui s’intéressent au marché américain à participer à la conférence «Prosper Africa». Ce qui leur permettrait, soutient-il, de développer des partenariats avec des opérateurs américains en vue d’investir ensemble en Afrique. M. Béhi a ajouté que la Tunisie, de par son expérience du marché africain mais également grâce aux moyens dont elle dispose, peut entamer des partenariats avec les acteurs privés américains dans divers secteurs. L’exploitation optimale des ressources naturelles et l’amélioration de la compétitivité et de la croissance du continent africain sont en point de mire. Il a souligné que «Propser Africa» vise à résorber le déficit du continent en matière d’infrastructures, à diversifier son économie et à accélérer son intégration.

Un panel porté sous le nom “la Tunisie : portail de l’Afrique” sera consacré pour la présentation de l’expérience tunisienne d’investissement dans le marché africain avec un accent mis sur les atouts et les points forts de la Tunisie en tant que pays membre de diverses zones de libre échange africaines, notamment le  Comesa.
De son côté, la représentente de la ChamAm a expliqué que «Prosper Africa» est une opportunité pour que la Tunisie puisse augmenter le volume de ses échanges commerciaux avec les Etats-Unis. Elle a affirmé que plus de 800 opérateurs privés se sont, déjà, inscrits pour participer au rendez-vous.
Par ailleurs, il est à noter que la commission mixte tuniso-américaine, qui a vu le jour en 2015, tiendra sa troisième session le 7 du mois courant. Ce sera une occasion pour débattre des orientations économiques de la Tunisie pour l’année 2020, notamment les réformes à engager et les besoins en termes de financement.

lapresse

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut