Accueil / Développement / Programme socioéconomique d’urgence : Où trouver les 25 milliards de FCFA ?

Programme socioéconomique d’urgence : Où trouver les 25 milliards de FCFA ?

Programme socioéconomique d’urgence : Où trouver les 25 milliards de FCFA ?

Le 16 mars 2015, en sa session extraordinaire, le conseil des ministres adopté, au titre du Premier ministère un décret portant création et exécution d’un Programme socioéconomique d’urgence de la Transition (PSUT). Zoom sur ce programme et sur son schéma d’opérationnalisation.

Vingt-cinq (25) milliards de francs CFA. C’est le coût global de ce programme dont les ressources proviennent selon le gouvernement de la réduction du train de vie de l’Etat. L’objectif de ce programme d’urgence est de contribuer au bien-être général des populations par la création de richesses au niveau des couches vulnérables.
En ce sens, il prévoit la création de dix mille (10 000) unités économiques au profit des jeunes et des femmes qui généreront près de trente mille (30 000) emplois, la construction de soixante-quinze (75) complexes scolaires, la réalisation d’infrastructures universitaires dont deux (02) amphithéâtres de 2 500 places chacun à Bobo-Dioulasso et à Ouagadougou. Le PSUT prévoit aussi la construction de quatre-vingt (80) centres de santé et de promotion sociale (CSPS).

Pour mobiliser la cagnotte, le ministre de l’Economie et des Finances Jean Gustave Sanou affirme que des « réductions drastiques » seront opérées. Ainsi, les gaspillages, les frais de missions exorbitants, les surfacturation, le gaspillage de carburant, d’électricité, les avantages indus n’auront plus droit de cité dans l’administration burkinabè. Selon le ministre, cette mesure est déjà effective pour les ministres du régime déchu.

Des modalités

Pour la création d’emplois des jeunes et pour l’entreprenariat des femmes, le gouvernement procédera par appel à projets en privilégiant les postulants ayant une formation professionnelle. L’enveloppe financière destinée à chaque projet est de 2 millions de FCFA. Il s’agit de prêts remboursables selon un échéancier et un taux d’intérêt précis.

« Non. Ce n’est pas démagogique ! »

Pour toux ceux qui penseraient à du populisme ou à des mesures démagogiques, le ministre Jean Gustave Sanou, se veut rassurant. Pour lui, le gouvernement de transition a une vision à long terme qui est celle d’améliorer durablement et significativement les conditions de vie des Burkinabè. « Nous n’avons pas d’ambitions électoralistes. Nous n’avons donc aucun intérêt à mentir comme ceux qui devaient préparer le référendum et le gagner ». Le maçon est attendu au pied du mur.

Aimé Franck BATIONO
Pour Ecodafrik

Aller en haut