Accueil / Auto & Transports / PSA doublé par Renault : en volume, mais pas en rentabilité

PSA doublé par Renault : en volume, mais pas en rentabilité

PSA doublé par Renault : en volume, mais pas en rentabilité

La petite guerre qui s’instaure entre les deux groupes français avec Renault incitant à la production est repoussée par Tavares qui refuse la “guérilla” des volumes.

Le patron de PSA Carlos Tavares a dit jeudi refuser la « guérilla » des volumes et a insisté sur la rentabilité alors que son groupe pourrait se faire doubler en 2016 par son rival Renault en nombre de véhicules vendus. « Je ne serai pas hypocrite au point de vous dire que je ne préférerais pas avoir plus de volume que moins de volume, mais je ne vais certainement pas me laisser embarquer dans cette guérilla », a affirmé M. Tavares lors d’un point de presse à l’issue d’un déplacement en Iran.
PSA, longtemps premier groupe automobile français avec ses marques Peugeot, Citroën et DS, est en train de se faire rattraper par Renault (dont Dacia) au classement des immatriculations dans l’Hexagone. Sur les neuf premiers mois de l’année, PSA a immatriculé près de 520 000 voitures particulières neuves en France, une progression de seulement 2,6 % dans un marché en croissance moyenne de 6,3 %, selon les dernières statistiques du Comité français des constructeurs d’automobiles (CCFA). Parallèlement, Renault en a immatriculé presque 485 000, mais sa progression sur neuf mois est de 9,2 %, et il a doublé son rival sur les ventes de septembre.
Au niveau européen, on assiste au même phénomène, où le marché du neuf a progressé de 8,1 % sur huit mois. PSA, à 998 500 unités, s’est contenté de + 3,7 %, bien en deçà de Renault qui s’est envolé de 12,2 %, et qui lui mord les jarrets avec quasiment 991 000 voitures neuves mises sur les routes. Et le groupe au losange, qui bénéficie en ce moment du renouvellement d’une grande partie de sa gamme, a doublé son concurrent français de 3 500 unités en septembre, lui ravissant la seconde place européenne derrière Volkswagen.
Pas de course au volume
Au niveau mondial, Renault a annoncé avoir vendu 1,57 million de véhicules au premier semestre (+ 13,4 %), contre 1,54 million chez PSA (- 0,2 %). Tous deux ont revendiqué des rentabilités « record » et dégagé plus d’un milliard d’euros de bénéfice net sur la période.
M. Tavares, qui a justement fait du retour à la rentabilité l’une de ses priorités, en refusant notamment de brader les produits, a assuré qu’il envisageait « sereinement » cette descente au classement. Une descente sans aucun doute temporaire puisque la phase de renouvellement de PSA arrive maintenant, au Mondial, et les perspectives de réouverture du marché iranien laissent naître de nouveaux espoirs de débouchés (lire notre article).
« Mon sujet, c’est que mon entreprise soit en bonne santé économique, rentable, qu’elle génère du ree cash flow [flux de trésorerie, NDLR] que j’utilise pour investir dans les technologies, les nouveaux marchés et le plan de l’entreprise », a-t-il insisté. « S’embarquer dans une course aux volumes serait à mon avis très destructeur », a encore dit le chef d’entreprise.

lepoint.fr

Aller en haut