Accueil / Tic & Telecoms / Quand la Silicon Valley s’intéresse aux clients des supermarchés

Quand la Silicon Valley s’intéresse aux clients des supermarchés

Quand la Silicon Valley s’intéresse aux clients des supermarchés

Comment réduire les files d’attente des supermarchés ou des stations service avec les nouvelles technologies? Plongée dans la consommation du futur.

Morceaux de papier fluo collés au plafond, installations de Lego connectés, étranges créations sorties d’une imprimante 3D et paniers de cookies au chocolat… bienvenue dans l’Hyperinnovation living lab de Cisco, sorte de cabinet de curiosités 3.0. Dans cette salle de jeux pour les grands, le visiteur est accueilli par une caméra programmée pour lire les traits du visage. Age ? Sexe ? Groupe ethnique ? Humeur du jour ? « Les hommes se prêtent volontiers au jeu, mais les femmes font toujours un pas en arrière », remarque Ben Varghese, un ingénieur au look de hipster qui se définit comme un « consultant en technologies émergentes ».

La mise en scène doit inciter à la créativité, mais pour résoudre des situations très concrètes : comment réduire les files d’attentes au caisses des supermarché, comment accélérer le paiement dans les station-service, comment assurer en temps réel le ré-approvisionnement d’un restaurant…. « L’idée est de tirer le meilleur des technologies en gestation dans la Silicon Valley pour résoudre de façon accélérée les cas concrets que se posent les entreprises, poursuit-il. Nous utilisons tout, du carton aux Lego, en passant par les imprimantes 3D et bien sûr l’Internet des objets ».

Car la grande consommation du futur est déjà là : l’équipe a développé un programme pour le fabricant de pâtes Barilla qui permet au consommateur en train de faire ses courses de connaître toute la chaîne de production de la boite qui se trouve sur le rayonnage en la scannant avec son téléphone.

Objectif : faire en sorte que le client consomme plus

Dans le laboratoire, les univers se mélangent volontiers. Dernièrement, des dirigeants de Visa, du distributeur Costco, et de l’équipementier sportif Nike sont venus cogiter sur une problématique commune : comment réduire les files d’attentes aux caisses des magasins. « L’idée était de les faire réfléchir ensemble dans une salle pendant deux jours avec des designers et des informaticiens de chez Cisco ainsi que des clients type », explique Kate O’Keefe, qui dirige le laboratoire.

Ici, on connaît bien l’univers de la distribution : au milieu de la pièce trône un mini-supermarché avec de vrais rayonnages de pots de mayonnaise et boites de conserve. Des câbles sectionnés s’en échappent. « Ils mesurent en permanence le nombre de boites de céréales dans les rayons, pour pouvoir les remplacer plus vite », explique Ben Varghese. A côté, un petit écran affiche des traits colorés en mouvement. « C’est le parcours d’un client de supermarché, poursuit-il. En plaçant des capteurs sur son chariot, on peut suivre son trajet et analyser son comportement ». Le cadre a beau être ludique, l’objectif est clair : faire en sorte que le client consomme plus.

Elsa Conesa / Correspondante à New-York
lesechos.fr

Aller en haut