Accueil / Mines & Energies / ile Maurice: RAFFINERIE DE PÉTROLE d’ Albion, en attendant la marée noire

ile Maurice: RAFFINERIE DE PÉTROLE d’ Albion, en attendant la marée noire

ile Maurice: RAFFINERIE DE PÉTROLE d’ Albion, en attendant la marée noire

Les inquiétudes sont vives autour de l’éventuelle installation d’une raffinerie de pétrole à Albion.

Si ce projet aboutit, il suffirait d’un incident pour plonger Maurice dans une situation de mare nwar. En attendant le pire scénario, d’autres dangers et inconvénients guettent la région sur les plans écologique, économique et humain. La sensibilisation a commencé et une réunion citoyenne est prévue le 17 novembre à Albion. En attendant, nous vous proposons de mieux connaître, en images, ce qui est encore un petit coin de paradis.
Du haut des falaises, on profite encore d’une image de carte postale. Une mer turquoise bordée de dentelles blanches lorsque les vagues s’écrasent sur les rochers noirs : ce paysage a toujours le même effet quand on prend le temps d’en profiter. Espace sauvage préservé qui traverse le temps avec quiétude, cette partie du pays se voit une fois de plus menacée par un projet qui viendra la mettre sérieusement en péril. Si elle a échappé à la centrale à charbon, la mer d’Albion court cette fois le risque de servir d’écrin à une raffinerie de pétrole.
Les affirmations que ce projet est sans danger ne convainquent pas.
Il suffirait d’un incident pour que des tonnes de pétrole se retrouvent larguées dans les eaux, provoquant une catastrophe dont on ne se remettra pas. Île tropicale située dans une région cyclonique active, Maurice est aussi confrontée à d’autres phénomènes naturels qui menaceront l’installation. Sans compter tous les actes de vandalisme et de terrorisme auxquels l’installation pourrait être confrontée.

Les problèmes environnementaux seront réels avec le rejet des gaz, liquides et autres substances qui proviendront de la raffinerie. Les risques pour la santé et l’économie seront réels. C’est également toute cette région qui changera de profil. À l’ombre du fier phare, les choses ne seront plus comme on peut le constater aujourd’hui.

Sensibilisation sur le terrain

“L’heure est grave. Le danger est là, réel, palpable, une bombe flottante à nos portes. Les risques sont multiples et peuvent affecter grandement notre santé, nos ressources marines, le tourisme, notre emploi et notre sécurité, avec comme résultat, un drame humain, écologique et économique.” Tel est le message passé durant le week-end aux habitants d’Albion par le Collectif Say no to petroleum hub et la Plateforme citoyenne. Un message a été lu durant les messes dominicales et des brochures destinées à sensibiliser tout un chacun ont été distribuées.
“Ce projet consiste non seulement en une raffinerie qui aurait la superficie de 11 terrains de foot, mais aussi en un espace de stockage de pétrole sur terre et un pipeline qui relierait Albion à l’aéroport SSR.(…) Il est temps de se réveiller et dire non à toute forme d’énergie polluante et destructive qu’on veut nous imposer”, poursuit la plateforme dans son message.
L’opération continuera cette semaine, avec la rencontre prévue le jeudi 17 novembre à 19h au Nautilus, avenue Saint Géran, à Albion.

“CT Power puissance 100”

Après le projet de la centrale à charbon CT Power, contre lequel ils ont lutté bec et ongles, les habitants d’Albion se voient aujourd’hui imposer un autre projet du même acabit : une raffinerie de pétrole flottante à Pointe aux Caves, initiée par Near Shore Ressources Ltd. Selon les écologistes, une raffinerie de pétrole est polluante, sans contestation possible. “La raffinerie de pétrole, c’est CT Power puissance 100. Quand on brûle du carburant pour raffiner le pétrole, c’est polluant, il n’y a pas à sortir de là. Cela va créer ce qu’on appelle des particulate matters, des particules si petites que, quand on les respire, elles vont directement dans le sang. Il y aura du soufre qui sera dégagé dans l’atmosphère, ce qui sera une catastrophe pour la santé humaine. Les cas d’asthme et de bronchite vont considérablement augmenter, pas seulement pour les habitants des villages avoisinants, mais dans un rayon bien grand”, souligne Ian Hookoomsing, activiste écologique.

Les habitants disent non

Les habitants d’Albion et des régions avoisinantes se sont réunis en un collectif et sont montés au créneau pour manifester contre ce projet, comme ils l’avaient fait contre CT Power. “Nous avons déjà des problèmes d’eaux usées. Nous avons dû nous révolter contre le projet d’une centrale à charbon ces dernières années. Voilà que les autorités veulent construire une raffinerie de pétrole chez nous. Nous disons non à la raffinerie pour des raisons de santé et pour des raisons environnementales”, s’insurgent les membres du Kolektif Say No To Petroleum Hub. Il faut aussi savoir que les baleines et les dauphins viennent régulièrement au large d’Albion. Avec un tel projet, on imagine facilement un impact négatif sur ces mammifères marins.
Outre les dangers que représente le projet lui-même, les membres du collectif et les habitants d’Albion craignent tout ce qui va se dérouler autour du projet. “Il y aura des mouvements de bateaux et, au moindre incident, c’est toute la côte ouest qui subira les conséquences”, souligne Georges Brelu-Brelu. Nigel Bel-Étoile, qui vit à moins d’un kilomètre du lieu désigné pour le projet, abonde dans le même sens. “Le va-et-vient de gros camions deviendra un problème pour les habitants. Cela va augmenter les risques d’accident. Le projet est prévu non loin d’une zone résidentielle; à la longue, cela va poser problème. Quand il y a une zone industrielle près des maisons, il y a des problèmes de poussière, de bruit et de santé.”
Ian Hookoomsing est inquiet. “Avec le naufrage du MV Benita sur nos côtes, nous avons pu constater les dégâts que peuvent provoquer les fuites de carburant. Or, il s’agissait d’un bateau vide. Imaginez l’ampleur d’une catastrophe impliquant deux navires chargés de carburants. Il ne faut pas oublier que la mer à Pointe aux Caves est presque tout le temps démontée. Imaginez les dégâts que peut provoquer le moindre incident sur une plate-forme flottante.”

Opacité

Le collectif déplore également l’opacité qui entoure le projet. Les promoteurs ne divulguent aucune information et n’ont toujours pas répondu aux sollicitations du Kolektif Say No To Petroleum Hub. Tout ce qu’on sait du projet est disponible sur un rapport qui a été publié en ligne en juin 2016. On apprend que la capacité de production de la raffinerie devrait être de 1,5 million de tonnes de carburant, dont celui utilisé dans l’aviation. Celle-ci vise des marchés arabes et africains ayant des ports commerciaux qui n’ont pas de raffinerie ou qui ont une capacité insuffisante. Il est aussi indiqué que le coût du projet est estimé à Rs 21,1 milliards, que ce sera la première raffinerie du genre, non seulement de la société Near Shore Resources, mais aussi dans le monde.
Afin de sensibiliser la population sur les dangers que représente ce projet et en attendant d’autres actions, le Kolektif Say No To Petroleum Hub organise une réunion d’explication et de mobilisation, le jeudi 17 novembre au Nautilus à Albion, à partir de 18h30.
Notons que parmi les écologistes que nous avons contactés, la Mauritius Marine Conservation Society nous a répondu qu’elle est en attente d’une rencontre avec ses membres pour prendre position.

lemauricien.com

Aller en haut