Accueil / Mines & Energies / RD Congo : Apple, Microsoft, Vodafone, etc., épinglés pour le travail des enfants …

RD Congo : Apple, Microsoft, Vodafone, etc., épinglés pour le travail des enfants …

RD Congo : Apple, Microsoft, Vodafone, etc., épinglés pour le travail des enfants …

RD Congo : Apple, Microsoft, Vodafone, etc., épinglés pour le travail des enfants dans les mines de cobalt

En RDC, des enfants servent de main d’œuvre dans les mines de cobalt au péril de leur vie. Mardi, Amnesty International et Afrewatch, ont présenté le rapport « Voilà pourquoi on meurt » qui dévoile cette réalité des mines et le rôle joué par les acteurs de la chaîne de production et d’exploitation de ce minerai dans la pérennité du phénomène.

Ces défenseurs des droits de l’homme précisent dans leur rapport que les enfants, parfois recrutés dès l’âge de 7 ans, effectuent leurs besognes, aux côtés d’adultes dans des conditions incompatibles avec toutes les normes de protection de la personne humaine. Après avoir passé 12 heures de temps à remuer les gravats, ils gagnent entre 1 et 2 dollars chaque jour. En 2014, leur effectif a été estimé par l’Unicef à 40 000 individus. Classés dans le corps des creuseurs, ils opèrent pour la majorité dans les mines de l’Ex-Katanga situées au sud-est du pays et réputées pour être l’épicentre de cette production de cobalt.

Le rapport explore également les externalités négatives assurant la pérennité ce phénomène : le travail des enfants dans les mines de cobalt est entretenu par le silence coupable de certaines multinationales. 16 d’entre elles sont indexées par le rapport : Ahong, Apple, BYD, Daimler, Dell, HP, Huawei, Inventec, Lenovo, LG, Microsoft, Samsung, Sony, Vodafone, Volkswagen et ZTE.

Pourquoi ? Parce qu’en l’absence d’une démarche de transparence pour déterminer les sources d’approvisionnement du cobalt, elles financent indirectement l’exploitation des enfants. En effet, lorsqu’au côté d’entreprises effectuant le gros de l’exploitation légale du cobalt en RDC, la production découlant du travail des creuseurs, est vendue à la société Congo Dongfang Mining (CDM), il s’établit, un cercle vicieux.

Cette propriété du géant de l’exploitation minière Zhejiang Huayou Cobalt LTD traite le cobalt et le revend pour la production de batteries de lithium-ion et autres produits qui entre dans la fabrication des portables, ordinateurs et voitures conçues par ces grandes marques.

Les autorités congolaises déclarent tout ignorer du parcours informel de ce minerai, une déclaration que le rapport juge « difficile à vérifier ».

Stéphanie C. Tohon
agenceecofin.com

Aller en haut