Accueil / Développement / RD Congo : les banques et la douane paralysées depuis le blocage d’Internet à Kinshasa

RD Congo : les banques et la douane paralysées depuis le blocage d’Internet à Kinshasa

RD Congo : les banques et la douane paralysées depuis le blocage d’Internet à Kinshasa

Depuis le 20 janvier 2014, les SMS et Internet ont été bloqués à Kinshasa pour empêcher de nouveaux rassemblements dans la capitale, suite aux affrontements entre policiers et manifestants survenus le 19 janvier 2015 après l’appel de l’opposition à se rassembler devant le parlement pour protester contre le projet de loi électorale. Si au niveau des abonnés, le blocage des services SMS et Internet a empêché de communiquer avec les proches, cette restriction a eu un impact plus large sur le pays.

L’Association congolaise des banques s’est plainte, le 21 janvier, des difficultés rencontrées pour effectuer les transactions bancaires locales et internationales. « Les banques aujourd’hui dépendent très fortement des technologies de la communication. L’Internet, l’intranet et l’extranet sont des méthodes d’échange d’informations pour les banques. Cela a fortement paralysé notre activité», a déclaré Michel Losembe, le président de l’Association, qui ajoute qu’aucune banque n’a pu fonctionner durant la journée de lundi. La situation a empêché la paie des fonctionnaires de l’Etat. Pour éviter de se mettre également à dos les fonctionnaires, le gouvernement a partiellement rétabli la connexion Internet dans la journée du 22 janvier 2014. Mais les échanges à l’international sont toujours impossibles.

Au niveau de la Douane, le guichet unique de dédouanement de marchandise du port de Matadi n’a pas pu fonctionner le 20 janvier 2014 faute de connexion Internet. Lola Masiala, le coordonnateur de l’Association des consommateurs indépendants du Bas-Congo, avait jugé cette action d’atteinte à la liberté des consommateurs.

Dans un communiqué publié le 21 janvier par le cabinet du vice-premier ministre, en charge des postes, télécommunications et des nouvelles technologies de l’information et de la communication, il est indiqué que des mesures seront prises pour alléger le dispositif sécuritaire mis en place depuis mardi. L’une des premières mesures a été le déblocage partiel d’Internet. C’est-à-dire le fixe.

agenceecofin.com

Aller en haut