Accueil / Développement / RDC-Bad: Henri Yav Mulang a échangé avec Obam Nlong sur le renforcement de la coopération

RDC-Bad: Henri Yav Mulang a échangé avec Obam Nlong sur le renforcement de la coopération

RDC-Bad: Henri Yav Mulang a échangé avec Obam Nlong sur le renforcement de la coopération

Les liens sont étroits entre la République démocratique du Congo (RDC) et la Banque Africaine de Développement (Bad), sauf qu’ils nécessitent d’être renforcés. C’est dans ce contexte qu’il importe de situer la visite de travail, du 21 au 27 août 2016 en RDC, du nouvel administrateur du Groupe de la Bad/Afrique centrale, M. Obam Nlong, venu palper du doigt les réalités congolaises.

Elu en effet aux dernières Assemblées annuelles de la Bad organisées en Zambie, ce dernier de nationalité camerounaise est le nouvel administrateur de la RDC près cette institution panafricaine. A peine élu, Obam Nlong effectue sa première visite en RDC pour justement se faire une idée exacte de l’état des rapports entre son institution et la RDC, ce qui explique l’essence des échanges entre lui et le ministre Henri Yav Mulang des Finances qui l’a reçu, le 22 août dernier, en son cabinet à Kin/Gombe.

Ayant la mission en prima de défendre les intérêts congolais auprès de cette institution, Obam Nlong devait naturellement prendre langue avec les autorités congolaises dont le ministre des Finances précité qui n’est autre que le gouverneur-pays de la Bad. Ce même cadre, entendez le cabinet du ministre des Finances, a servi pour la tenue de la réunion élargie aux ministres de l’Agriculture, du Développement Rural, de l’Environnement et de l’Industrie. Cet élargissement prouve à suffisance sa volonté de faire profiter au mieux des opportunités qu’offre la Bad, à considérer le programme-pays de cette banque au nombre de principaux partenaires de la RDC.

Des expressions, Obam Nlong a déclaré : « Nous avons fait un examen de notre portefeuille à la satisfaction des autorités congolaises. Nous allons essayer d’identifier les projets sur lesquels nous allons nous appesantir, tel qu’en agriculture qui est un volet très important pour cette diversification que nous voulons afin que l’économie congolaise devienne beaucoup plus résiliente. Bien évidemment, il y a une articulation sur le partenariat public-privé ».

Dans le même ordre d’idées, le nouvel administrateur a dit « qu’il y a des dispositifs qui existent au niveau de la Bad pour le secteur privé. Nous pensons que le portefeuille de la Bad passera bien évidemment par ce secteur. Voilà pourquoi la Bad compte à davantage appuyer ce pays qui dispose des ressources immenses. En termes de portefeuille, la RDC est le pays le plus important de la sous-région».

Il y a pour la RDC, 38 opérations pour un encours de 1,2 milliards $ Us repartis dans les cinq principaux secteurs que sont l’agriculture, les infrastructures, l’environnement, la gouvernance et le social. Pour rappel, Obam Nlong vient de succéder au Burundais Léonard Santoré.

Coopération RDC-Bad, l’échange fructueux entre Henri Yav Mulang et Obam Nlong sur le renforcement de la coopération est porteur d’espoir, surtout en ce temps de la diversification des sources de production interne nécessitée par la baisse des cours des matières premières que sont le cuivre, le cobalt, l’or, etc. A la partie congolaise de suffisamment veiller à ce que toutes les opportunités de la Bad soient couvertes !

 

 

 

Simon Kinsangala / congoopportunities.net

Aller en haut