Accueil / Auto & Transports / RENAULT : Carlos Ghosn perd le match des Carlos

RENAULT : Carlos Ghosn perd le match des Carlos

RENAULT : Carlos Ghosn perd le match des Carlos

Publiés un jour après ceux de Peugeot, les résultats de Renault souffrent de la comparaison. Ils sont pourtant en nette hausse et traduisent la poursuite de l’amélioration de la rentabilité du constructeur.

L’analyse (Investir)

« Quand je me regarde, je me rassure, quand je me compare je me désole » on pourrait facilement détourner ainsi la célèbre phrase attribuée à Talleyrand pour caractériser les résultats publiés par Renault ce matin.

Dans l’absolu, les résultats sont plutôt bons mais ils ont le grave défaut d’être publiés un jour après ceux de Peugeot qui étaient, eux, excellents. La réaction du marché traduit pleinement cette comparaison : l’action Renault décroche actuellement de 7,3% alors que Peugeot a bondi de 6% hier (elle reperd 3,5% ce matin). Si l’on prend le critère de la marge opérationnelle courante, elle a atteint 4,8% chez Renault contre 4,9% pour Peugeot mais si l’on se concentre sur la division automobile, la différence est plus nette : 3,1% pour le groupe dirigé par Carlos Ghosn contre 5% pour celui dirigé par Carlos Tavares. Dans le match des Carlos (on se souvient que Carlos Tavares fût le numéro deux de Renault), le second l’emporte sur le premier.

Une marge proche des objectifs 2017

En dehors de cela, Renault n’a pas à rougir de ses performances. Le chiffre d’affaires qui profite des ventes aux partenaires (Nissan et Daimler), augmente de 12% à 22,2 milliards malgré des immatriculations qui n’augmentent que de 0,8%, pénalisés par le poids des émergents dans les ventes du groupe. La marge, même si elle est moins élevée que celle de Peugeot, continue à monter. Elle est même proche de l’objectif de plus de 5% évoquée pour 2017 dans le plan Drive the change. Seule la génération de trésorerie est décevante avec un cash flow libre légèrement négatif de 95 millions. On se souvient cependant que l’an dernier la situation était pire (-360 millions) mais s’était redressée en fin d’année pour dépasser 1 milliard.

Pour l’ensemble de l’année, la société confirme ses objectifs consistant à augmenter les immatriculations et le chiffre d’affaires, poursuivre l’amélioration de la marge opérationnelle et générer un autofinancement libre dans la division automobile. Elle devrait être aidée en cela par le renouvellement de sa gamme (lancement récents de l’Espace et du Kadjar, à venir du Talisman) qui doit lui permettre de profiter d’un marché européen dynamique et de compenser les difficultés de pays émergents essentiels comme le Brésil ou la Russie.

Rémi Le Bailly (@remilebailly)
lesechos.fr

Aller en haut