Accueil / Auto & Transports / Renault s’interroge sur l’avenir du Diesel

Renault s’interroge sur l’avenir du Diesel

Renault s’interroge sur l’avenir du Diesel

Le durcissement des normes antipollution et le recul des ventes en Europe pour les motorisations Diesel poussent le groupe à se poser des questions sur l’avenir de la technologie.


Les jours des moteurs Diesel sont-ils comptés ? Depuis l’éclatement de l’affaire des moteurs truqués de Volkswagen, il y a presque un an jour pour jour, la technologie semble porter un fardeau de plus en plus lourd : les ventes reculent en Europe, son territoire de prédilection, les normes d’homologation se durcissent et les constructeurs automobiles s’interrogent désormais sur son avenir. L’agence Reuters se fait aujourd’hui l’écho des doutes de certains dirigeants de Renault.

Lors d’une réunion interne en juillet, le directeur délégué à la compétitivité du groupe français, Thierry Bolloré, aurait déclaré que le groupe au losange se pose des questions sur la survie à long terme du diesel. « Le durcissement des normes et des méthodes de tests va alourdir les coûts de cette technologie à un point tel que le diesel va se faire sortir du marché », relate un participant à cette réunion cité par l’agence de presse.

La fin du Diesel sur les citadines ?

La situation pourrait aboutir à la fin du Diesel sur certains segments de la gamme Renault, alors que cette motorisation pèse encore 61 % de ses ventes en Europe. Sur les petites citadines, le constructeur, comme d’autres, a déjà abandonné la technologie (Renault Twingo, la Peugeot 108 ou la Citroën C1…). Le segment supérieur suit le même chemin. Selon des données de Dataneo basées sur la trentaine de voitures les plus vendues en France, la part du diesel dans les citadines polyvalentes type Clio, 208 ou Polo est déjà tombée à moins de 39% sur la première moitié de l’année en France, contre 46,2% un an plus tôt.

Et le cabinet Alix Partners estime que le diesel pourrait ne plus peser que 9 % des ventes européennes en 2030 (contre plus de la moitié aujourd’hui), tandis que les véhicules électriques, encore anecdotiques pour le moment, représenteraient 20 % des immatriculations.

Normes plus strictes

L’horizon du Diesel est d’autant plus obscurci que les normes antipollution vont se durcir plus rapidement que prévu et les techniques de contrôle des émissions s’améliorer, conséquence indirecte du scandale Volkswagen. La norme Euro 6 va être durcie en 2017-2018, puis en 2021.

 

 

 

lesechos.fr

Aller en haut