Accueil / International / Royal critique les banques françaises qui refusent de venir en Iran

Royal critique les banques françaises qui refusent de venir en Iran

Royal critique les banques françaises qui refusent de venir en Iran

En visite en Iran, la ministre de l’Environnement a critiqué l’attitude des banques françaises qui, en raison de leurs liens commerciaux avec les Américains, n’osent pas s’engager dans le pays.
Après l’annonce à Téhéran, dimanche, d’une série de partenariats dans le domaine de l’environnement, la ministre française de l’Environnement, Ségolène Royal, a critiqué les banques françaises qui refusent de venir en Iran.

“C’est un vrai problème. La question a été soulevée bien évidemment par les ministres iraniens mais aussi les sociétés françaises”, a affirmé Mme Royal, expliquant que “d’un côté les sanctions ont été levées et en fait on se rend compte que dans les faits il y a encore des sanctions financières”.

“Les banques françaises qui sont liées aux banques américaines n’osent pas intervenir en Iran. C’est tout à fait inadmissible”, a déclaré la ministre lors d’une rencontre avec la presse française.”D’autant que par exemple en Italie il y a des banques de taille moyenne qui accompagnent les entreprises italiennes en Iran. Donc on va trouver des solutions”, a-t-elle ajouté.

Parmi les solutions envisagées, Ségolène Royal laisse entendre qu’elle n’exclut pas que la France fasse appel à des établissements bancaires étrangers.

“Si les grandes banques françaises ne veulent pas venir en Iran, et bien on fera appel à des banques de taille moyenne dans d’autres pays européens”.

“L’effet BNP Paribas”

Depuis l’amende record de 8,97 milliards de dollars infligée en juin 2014 par la justice américaine à la BNP Paribas (accusée d’avoir réalisé des transactions en dollar avec des pays soumis à un embargo économique des Etats-Unis, comme l’Iran et le Soudan), les établissements bancaires sont frileux. Et ne veulent courir aucun risque.

Malgré la levée des sanctions internationales en janvier, les Etats-Unis ont maintenu une série de sanctions contre l’Iran liées aux droits de l’Homme, au terrorisme ou visant les Gardiens de la révolution, l’armée d’élite du régime.

 

 

 

latribune.fr / afp

Aller en haut