Accueil / International / Royaume-Uni : le travailliste Sadiq Khan, nouveau maire de Londres

Royaume-Uni : le travailliste Sadiq Khan, nouveau maire de Londres

Royaume-Uni : le travailliste Sadiq Khan, nouveau maire de Londres

Le travailliste Sadiq Khan, qui l’emporte avec 57% environ des suffrages et près de 14 points d’avance, succède à la tête de la métropole de 8,6 millions d’habitants au conservateur Boris Johnson, qui occupa ces fonctions pendant huit années.

Sadiq Khan, député travailliste, a remporté l’élection municipale de jeudi à Londres avec 57% environ des suffrages et près de 14 points d’avance. Il bat ainsi son rival conservateur Zac Goldsmith pour devenir le premier maire musulman de la capitale britannique.

M. Khan, ancien avocat des droits de l’Homme, succède à l’excentrique conservateur Boris Johnson, un partisan d’une sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne à qui l’on prête l’ambition de devenir Premier ministre.

Un duel entre deux mondes

Confirmée tard dans la nuit de vendredi à samedi, l’élection de Sadiq Khan, fils d’un chauffeur de bus pakistanais et qui a grandi dans une HLM au sud de Londres, prend une valeur tout à fait symbolique dans ce scrutin qui l’opposait à Zac Goldsmith, fils du financier milliardaire Jimmy Goldsmith.

“Cette élection n’a pas été sans controverse, et je suis très fier que Londres ait choisi aujourd’hui l’espoir contre la peur et l’unité contre la division”, a déclaré le nouveau maire de Londres dans un bref discours prononcé après la proclamation de sa victoire.

“La peur n’améliore pas notre sécurité, elle ne fait que nous affaiblir, et la politique de la peur n’est tout simplement pas la bienvenue dans notre ville”, a-t-il poursuivi.

Campagne nauséabonde

Sadiq Khan, donné gagnant par les enquêtes d’opinion d’avant scrutin, a toujours conservé son avance sur son rival malgré les accusations lancées par ce dernier selon lesquelles le candidat travailliste était proche de prêcheurs radicaux et qu’il fournissait de “l’oxygène” aux extrémistes. Pour sa défense, Sadiq Khan a expliqué qu’il avait combattu l’extrémisme toute sa vie et qu’il regrettait d’avoir partagé des tribunes avec des orateurs porteurs d’opinions “abjectes”.

Il a parallèlement accusé Goldsmith d’avoir recours à une rhétorique similaire à celle de l’Américain Donald Trump pour diviser les Londoniens en fonction de leur religion et d’être déconnecté des réalités en tant que membre d’une élite fortunée.
Parti travailliste en perte de vitesse

Si les travaillistes peuvent se réjouir de ce succès électoral à Londres, en revanche les résultats en Ecosse et au Pays de Galles montrent que l’opposition et son nouveau chef, Jeremy Corbyn, ancré très à gauche, ont perdu des sièges. Il n’ont toutefois pas subi la déroute que certains leurs prédisaient.

(Avec AFP et Reuters)
latribune.fr

Aller en haut