Accueil / Tic & Telecoms / Samsung appelle à cesser d’utiliser son Galaxy Note 7

Samsung appelle à cesser d’utiliser son Galaxy Note 7

Samsung appelle à cesser d’utiliser son Galaxy Note 7

Samsung a appelé samedi les Coréens à ranger leur nouveau smartphone, devant les risques d’explosion de la batterie. La veille, les autorités américaines avaient demandé aux utilisateurs d’éteindre le leur aux Etats-Unis.

A peine acheté et déjà au placard : les utilisateurs américains et sud-coréens du dernier smartphone vedette de Samsung, le Galaxy Note 7, dévoilé en grande pompe il y a seulement un mois, ont été appelés ce week-end par le constructeur à l’éteindre et à cesser de l’utiliser. En cause : les risques d’explosion de la batterie lithium-ion.

« Nous conseillons aux consommateurs sud-coréens se servant d’un Galaxy Note 7 de cesser d’utiliser l’appareil et de se rendre dans le point de service après-vente le plus proche pour prendre les mesures nécessaires », a indiqué Samsung sur son site. Des téléphones de remplacement seront mis à leur disposition alors que de nouvelles batteries devraient arriver d’ici au 19 septembre. La veille, la Consumer Product Safety Commission, qui défend les intérêts des consommateurs aux Etats-Unis, avait demandé aux utilisateurs américains de ne plus se servir de leur téléphone ni même de le recharger, précisant qu’elle travaillait avec la marque pour organiser un rappel officiel des smartphones à problème dès que possible.

Coup de semonce

Jeudi, un premier coup de semonce était venu de l’Autorité fédérale de l’aviation américaine, qui avait recommandé de ne pas utiliser les Galaxy Note 7 en avion et d’éviter de les laisser en soute. Certaines compagnies, comme American Airlines, Delta Airlines et United Airlines, lui ont aussitôt emboîté le pas en recommandant à leurs passagers d’appliquer ces directives. D’autres se sont contentées de les informer des risques encourus.

Pour Samsung, qui avait dû il y a quelques jours suspendre les ventes de son nouveau smartphone (initialement prévu en Europe pour septembre) avant de lancer une grande campagne de rappel sur 2,5 millions d’appareils déjà livrés , c’est une nouvelle étape franchie dans cette crise qui tombe au plus mal, alors que son grand rival Apple vient de mettre sur orbite son nouvel iPhone 7. Le coréen avait pourtant cherché à prendre de vitesse l’américain en présentant son modèle quelques jours avant lui.

Une première

A ce niveau-là, l’affaire est une première. Rares sont les cas de rappels massifs dans la high-tech mondiale. Nokia avait dû rappeler 46 millions de batteries lithium-ion produites par Matsushita pour des risques de surchauffe en 2007. Apple a lui aussi dû rappeler en janvier des adaptateurs de prise vendus entre 2003 et 2015.

Mais la firme à la pomme avait échappé à des rappels d’envergure au moment du « bendgate », où l’iPhone 6 Plus avait été accusé en 2014 de fragilité mécanique (certains s’étaient pliés), ou de l’« antennagate », quand l’iPhone 4 avait été montré du doigt en 2010 pour des problèmes de réception. Le cas du Galaxy Note 7, premier rappel à grande échelle pour Samsung, rappelle en revanche celui des « hoverboards », ces skateboards électroniques qui avaient eux aussi été, fin 2015, dans le viseur des autorités américaines pour des problèmes de combustion spontanée de leurs batteries lithium-ion.

Quelles conséquences ?

Quelles répercussions cette histoire aura-t-elle sur les ventes du dernier téléphone vedette de la marque coréenne ? Trop tôt pour le dire. Reste une question : comment le numéro un mondial du secteur s’est-il fait prendre en défaut sur un lancement aussi crucial pour lui ? Samsung parle sur son site anglais d’une « erreur très rare dans le process de fabrication » des batteries.

Selon les analystes de Nomura, 65 % d’entre elles sont fabriquées par Samsung SDI, la filiale spécialisée du conglomérat. Le reste sort des usines du hong-kongais Amperex Technology, filiale du japonais TDK. Alors que la presse coréenne montre clairement du doigt Samsung SDI, le groupe n’a pas confirmé. Mais une chose est sûre : les batteries embarquées par les Galaxy Note 7 en Chine, qui sont produites par Amperex, ne posent aucun problème.

ALEXANDRE COUNIS / lesechos.fr

Aller en haut