Accueil / Tic & Telecoms / Samsung Galaxy S8 et S8 Plus: L’heure de la revanche a sonné

Samsung Galaxy S8 et S8 Plus: L’heure de la revanche a sonné

Samsung Galaxy S8 et S8 Plus: L’heure de la revanche a sonné

Après la débâcle de son Galaxy Note 7 et les déboires de son hériter, Samsung contre-attaque. L’empire techno sud-coréen annonce la sortie de ses Galaxy S8 et S8 Plus, deux smartphones au parfum de petite révolution…

Le Retour de la Revanche. Après l’épisode des batteries de son Galaxy Note 7 qui explosent, après celui de son héritier mis en examen pour corruption, Samsung lance sa nouvelle saison. Avec ses smartphones Galaxy S8 et S8 Plus dévoilés ce mercredi, le numéro mondial de la téléphonie espère retrouver son potentiel de séduction. Et renouer avec le succès.

Un pari esthétique gagné
Zappons sur le suspens : les Galaxy S8 est S8 Plus séduisent au premier coup d’œil. Pari esthétique gagné ! Avec leur écran Super AMOLED HDR de 5,8’’/14,73 cm et de 6,2’’/15,74 cm (Quad HD Plus, soit 2960 x 1440 pixels), les smartphones rappellent le Galaxy S7 Edge et ses bords incurvés. En mieux.

Cette fois, le ratio d’image n’est plus en 16 : 9e, mais en 18,5 : 9e. On y gagne sous la rétine. D’autant que les S8 et S8 Plus que nous avons pu prendre en main ne sont pas si imposants : 148 x 68,1 x 8 mm pour le S8 (155 g) et 159,5 x 73,4 x 8,1 mm pour le S8 Plus (173 g).

s8

Oublié le bouton central, pour ne pas dire « dépassé » : la commande principale des deux terminaux est invisible, logée sous l’écran qui dispose désormais d’un capteur de pression. « Il était grand temps que l’on redéfinisse le design des smartphones et que l’on en repousse les limites. Les S8 et S8 Plus sont les plus beaux terminaux et les plus puissants que l’on ait lancés », s’enthousiasme Jean-Daniel Ayme, vice-président mobile Europe chez Samsung. Les plus beaux, c’est incontestable.

Presque à bord perdu, l’écran dit « Infinity Display » du S8, mais surtout celui du S8 Plus, inaugure sans doute une nouvelle ère dans le monde de la téléphonie. « C’est un énorme bénéfice esthétique. Samsung est allé au bout son idée autour des bords courbés. Le design des S8 et S8 Plus va vraiment permettre aux produits de se démarquer », constate Sofian Nouira, rédacteur en chef de labo.fnac.com. Et Samsung ose : « le design des S8 et S8 Plus a été inspiré de celui des piscines à débordement ». On plonge ?

La fin de la course aux mégapixels

Noyons-nous sous les caractéristiques techniques des terminaux. Le constructeur évoque un processeur octo-core 10 % plus puissant pour le CPU (soit le processeur central) et de 21 % plus puissant pour le GPU (soit celui de la carte graphique). Pas de double capteur photo à l’arrière comme le veut la nouvelle tendance chez Apple (sur son iPhone 7), Huawei (sur ses P9 et P10), LG (sur son G6), ou encore Wiko (sur son nouveau WIM), mais un simple module photo de 12 mégapixels avec ouverture f/1,7. A l’avant, un capteur de 8 mégapixels (f/1,7) avec autofocus et reconnaissance faciale.

Après la course aux mégapixels des dernières années, c’est un retour à davantage de pragmatisme. Les S7 et S7 Edge restaient des champions côté photo. Les S8 et S8 Plus n’innovent pas, mais, selon Sofian Nouira, « on n’est pas à l’abri d’une bonne surprise côté traitement logiciel ».

Normés IP68, les Galaxy S8 et S8 Plus vont aussi pouvoir nous suivre en vacances. Ils résistent l’eau et à la poussière. Embarquant 64 Go de mémoire (avec 4 giga de Ram), les terminaux peuvent étendre leur mémoire jusqu’à 256 Go avec une carte MicroSD. Ils embarquent une batterie dont la capacité est respectivement de 3000 mAh et 3500 mAh. Du grand classique.

De nouveaux usages prometteurs

Mais là où Samsung entend bien se démarquer avec ses Galaxy S8 et S8 Plus, c’est sur les usages. Avec leur attribut « One Hand Operation », les smartphones peuvent se piloter avec un simple pouce, même pour zoomer sur une page (en faisant glisser le pouce de la main tenant le téléphone de bas en haut). Autre innovation avec Bixby. Sorte de super-SIRI (l’assistant des iPhones, NDLR) qui aurait avalé une batterie de services Google, on peut à peu près tout demander à cet assistant personnel maison : reconnaître un objet nommé désir et être redirigé vers un site marchand ; reconnaître une étiquette de vin ou un monument ; mais aussi trouver certaines photos dans la photothèque des S8 et S8 Plus, lui demander d’en envoyer certaines à tel ou tel correspondant, etc. Et tout cela à la voix. Reste à voir comment la promesse sera tenue : pour l’heure, Bixby ne fonctionnera pas en français…

Samsung met également la gomme du côté des objets connectés : une seule application permet de piloter les enceintes, les lave-linge ou réfrigérateur connectés de la marque. Ou tout objet connecté « Smart Things », le protocole du constructeur étant ouvert. Enfin, Les S8 et S8 Plus peuvent se muer en véritables ordinateurs personnels avec un mode baptisé DeX : à l’aide d’un socle d’accueil, on peut les connecter à un moniteur et bénéficier à l’aide d’un clavier et d’une souris des services d’un PC. Déjà vu chez Microsoft avec son mode « Continuum » sur les smartphones tournant sous Windows 10 Mobile, mais intéressant…

s8-samsung

Suffisant pour faire oublier le mauvais scénario du Galaxy Note 7 ? « L’image du constructeur a été pas mal ternie. Les avertissements dans les avions contraignant les passager à éteindre tout appareil Samsung ont duré bien après les déboires du Note 7. Cela va rester comme un accident de parcours dont la conséquence a été d’ouvrir un boulevard à Huawei », note Ariel Gomez, rédacteur en chef de Retail Numérique Magazine et expert en téléphonie. En 2016, le rival chinois aurait ainsi vu ses parts de marché bondir de 224 % en volumes en France, selon le Gfk. Parallèlement, LG et son nouveau G6 et Sony et son futur XZ Premium vont devoir jouer des coudes pour maintenir leur rang dans l’ombre des deux mastodontes que sont Samsung et Apple. Attendu dans les prochains mois, l’iPhone 8 devra lui aussi innover pour ne pas laisser au géant sud-coréen le monopole du design et de l’effet « Waouh ». Car en matière de téléphonie, rien n’est jamais gagné. Ericsson, Blackberry, Motorola et Nokia en savent quelque chose…

Christophe Séfrin
20minutes

Aller en haut