vendredi 07 mai 2021
Accueil / Développement / Samuel Donatien NENGUE : « Le Cameroun va lancer un Guichet pour financer les producteurs de cacao et de café »

Samuel Donatien NENGUE : « Le Cameroun va lancer un Guichet pour financer les producteurs de cacao et de café »

Samuel Donatien NENGUE : « Le Cameroun va lancer un Guichet pour financer les producteurs de cacao et de café »

Samuel Donatien Nengue, Administrateur du FODECC : « Près 600 000 producteurs sont concernés »

Selon son bilan de financement, 39 milliards de FCFA ont été dépensés en 14 ans par l’Etat du Cameroun sans améliorer substantiellement la situation du verger, le volume et la qualité des produits. Pour améliorer ses performances, le président de la République a décidé de la création du « Guichet Producteurs » dont le lancement est prévu le 05 mai 2021. Administrateur du Fonds de développement des filières café et cacao (FODECC), Samuel Donatien Nengue donne ici les clés de ce nouvel instrument de financement.

La Rédaction : qu’est-ce que le « Guichet Producteurs »

Samuel Donatien Nengue : c’est un guichet de financement directement ouvert aux producteurs. Ce dispositif est en droite ligne de l’arrêté n°068/PM du 28 août 2019 approuvant et rendant exécutoire le manuel de procédures d’octroi des subventions en intrants et équipements agricoles au Cameroun. Autorisé par la présidence de la République le 21 décembre 2020, il vise à mettre directement à la disposition des producteurs de huit des dix régions du Cameroun les subventions gouvernementales aux fins de distribution des intrants, de fourniture des équipements et de mise à disposition des infrastructures pour la production. Au total, l’Etat du Cameroun va mettre près de 50 milliards, sur cinq ans, au profit des producteurs de cacao et café.

Une quinzaine d’établissements bancaires environ sont mobilisés…

Et ce n’est pas tout ! Les établissements de microfinance (EMF) sont également concernés. Nous avons huit bassins de production et les EMF sont parfois installés sur un bassin ou plusieurs. Donc, tous les EMF qui en ont la qualité seront mobilisés dès lors qu’ils appartiennent à un réseau encadré par une banque de premier ordre. L’enjeu est de rapprocher les subventions du producteur. D’où la concertation avec les opérateurs de téléphonie mobile, pour les transferts d’argent et l’échange de données avec notre plateforme. Je précise, à toutes fins utiles, que les ressources mobilisées par le « Guichet Producteurs » proviennent de la redevance à l’exportation du cacao et du café, des produits issus des amendes résultant de l’exportation des produits de mauvaise qualité, des contributions diverses, des dons et legs de toute nature.

Concrètement, comment va fonctionner ce « Guichet Producteurs » ?

Concrètement, le « Guichet Producteurs » mobilise deux types de subventions. Les premières sont des subventions de masse pour la catégorie 1. Elles concernent tous les producteurs de cacao et de café sans discrimination. D’après les chiffres officiels, près 600 000 producteurs sont concernés sur le territoire national. Plus concrètement, on fait ainsi référence à celles et ceux qui exploitent une superficie allant de 200 mètres carrés à 10 hectares.

Les secondes sont des subventions à la carte qui font appel à une autre forme d’organisation et à des contraintes un peu plus importantes. En cette première année, il est encore trop tôt pour définir d’office le nombre de bénéficiaires qui doivent produire des plans d’affaires. Le principal enjeu ici est de s’inscrire dans une logique de bancarisation progressive des activités de la paysannerie cacaoyère et caféière en vue d’optimiser la production, la commercialisation et, par-dessus tout, le bien-être des producteurs.

Interview réalisée par la Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut