Accueil / Développement / SCADD : Réorienter la courbe de développement du Burkina Faso

SCADD : Réorienter la courbe de développement du Burkina Faso

SCADD : Réorienter la courbe de développement du Burkina Faso

La Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD) est le référentiel du Burkina Faso en matière de développement depuis 2009. Elle a succédé au cadre stratégique de lutte contre la pauvreté. Le bilan de la mise en œuvre de cette stratégie sur la période 2011-2013 reste globalement contrasté.

Le 03 février 2015, le comité national de pilotage de la SCADD s’est réunit pour en dresser le bilan. L’évaluation a porté sur les 08 OMD (Objectifs du Millénaire pour le Développement) que la SCADD est censée permettre d’atteindre. Il s’agit des objectifs « Eliminer l’extrême pauvreté et la faim », « assurer l’éducation primaire pour tous », « promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes », « réduire la mortalité des enfants de moins de 5 ans », « améliorer la santé maternelle », « combattre le VIH, le SIDA, le paludisme et les autres maladies et poursuivre l’inversion de la tendance » et « assurer un environnement durable ». Les indicateurs de la SCADD montrent que le Burkina Faso ne pourra pas réaliser l’ensemble des OMD en 2015 car de nombreuses lenteurs sont constatées au niveau de l’éducation primaire pour tous et de l’environnement durable. L’instabilité politique, les mutations institutionnelles et la dépendance financière pour le financement des projets et programmes de développement sont également des facteurs menaçant la pérennisation des résultats atteints. Au regard de cette situation, le gouvernement, les partenaires techniques et financiers, la société civile, le secteur privé, ont été exhortés à accélérer la mise en œuvre des pôles de croissance, à impliquer plus fortement les collectivités territoriales et le secteur privé dans la mise en œuvre de la SCADD, à œuvrer à une meilleure mobilisation des ressources,… Aujourd’hui, le financement de la SCADD est assuré à plus de 46% par le budget national. Le 2è cycle de la SCADD portera sur la période 2016-2020. Il devra permettre de prendre en compte les insuffisances du 1er cycle pour des résultats plus tangibles en matière de développement au Burkina Faso.

Aimé Florentin BATIONO
Pour Ecodafrik

Aller en haut