Accueil / Auto & Transports / Scandale Mitsubishi : le Pdg démissionne, de nouveaux modèles concernés

Scandale Mitsubishi : le Pdg démissionne, de nouveaux modèles concernés

Scandale Mitsubishi : le Pdg démissionne, de nouveaux modèles concernés
Tetsuro Aikawa a annoncé mercredi 18 mai, au ministère japonais du Territoire, de l'Infrastructure, du Transport et du Tourisme, sa démission ainsi que celle de son adjoint.

Alors que la presse annonce l’implication de nouveaux modèles dans les manipulations sur les émissions de polluants, le PDG a annoncé sa démission. L’acquisition de 34% du capital par Nissan est conditionné à des vérifications, a prévenu Carlos Ghosn.

Le constructeur automobile japonais Mitsubishi Motors a annoncé mercredi la démission de son patron Tetsuro Aikawa et de son adjoint en raison du scandale de fraude qui frappe le groupe. Elle sera effective le 24 juin.

Mitsubishi confirme en outre que sont aussi concernés par des manipulations de données d’autres modèles que des minivéhicules, dont son emblématique 4X4 hybride Outlander PHEV.

Outre les quatre mini-modèles déjà déclarés et l’Outlander PHEV, il y aurait au moins un autre modèle encore, le RVR, qui serait concerné par des manipulations sur les émissions de polluants.

Le rachat par Nissan sous conditions

Le scandale a provoqué un effondrement du cours de bourse de Mitsubishi, et permis au groupe Nissan de proposer de racheter 34% du capital pour 1,9 milliard d’euros. Mais le Pdg de Nissan, Carlos Ghosn, avait aussitôt prévenu que l’accord de rachat ne serait confirmé après des vérifications sur l’étendue réelle du scandale.

“Nous avons à ce stade un accord de principe, la transaction ne sera bouclée qu’après les vérifications nécessaires”, avait ainsi déclaré M. Ghosn vendredi au cours d’une table ronde avec des journalistes au siège de l’entreprise à Yokohama, dans la banlieue de Tokyo.

“Quand nous conclurons l’opération, nous saurons exactement à quoi nous en tenir. Il est clair que s’il devait se produire une implosion, nous ne signerons pas”, avait insisté le dirigeant, interrogé sur une possible extension du scandale, pour l’instant limité au Japon.

latribune.fr

Aller en haut