Accueil / Tic & Telecoms / Sécurité routière : l’Apple Watch autorisée au volant, mais gare

Sécurité routière : l’Apple Watch autorisée au volant, mais gare

Sécurité routière : l’Apple Watch autorisée au volant, mais gare

Les montres connectées représentent-elles un danger sur les routes ? La jeunesse de ces produits rend encore bien difficile d’avoir un avis tranché sur la question. En attendant un ajustement hypothétique de la législation, les autorités naviguent à vue, chacun faisant un peu comme il le sent. Au Canada, un conducteur a ainsi reçu une contravention alors qu’il ne faisait que porter son Apple Watch au volant (lire : Conduire ou porter une Apple Watch, il faut choisir). Et en France ?

Le plan de sécurité routière, présenté en début d’année par Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, liste les technologies interdites aux automobilistes : tout système de type écouteurs, oreillettes, casques susceptibles de limiter tant l’attention que l’audition des conducteurs. Est-ce à dire que les montres connectées sont elles aussi concernées ? Heureusement non, comme nous l’a précisé Alexandra Thérizol, chef adjointe du bureau presse de la délégation à la sécurité et à la circulation routières.

« La montre connectée, tout comme les systèmes Bluetooth intégrés aux véhicules, ne sont pas couverts par le champ de cette interdiction. La raison en est qu’il serait difficile voire impossible de les interdire ». Le Bluetooth équipe par exemple un grand nombre de véhicules. Surtout, « le contrôle par les forces de l’ordre de l’utilisation à des fins de conversation téléphonique de ces technologies est quasiment impossible », explique l’attachée de presse.

Toutefois, il convient de ne pas relâcher la vigilance. En utilisant une montre connectée, les conducteurs sont souvent amenés à la porter près de la bouche ou des yeux ; or, il n’est jamais bon de lâcher le volant. « le code de la route prévoit que tout conducteur doit rester à tout moment maitre de son véhicule. Un tel comportement pourra donc être considéré comme fautif ». On comprend donc que la police reste en mesure de coller une prune à l’automobiliste distrait.

Le mieux, conclut Alexandra Thérizol, est de s’abstenir complètement d’utiliser un dispositif induisant une perte de concentration du conducteur. On s’étonne, à cet égard, que l’Apple Watch n’enclenche pas automatiquement un mode « voiture » dès qu’elle est embarquée dans un véhicule : l’iPhone peut aisément savoir quand l’utilisateur part en balade en voiture. Il serait également bon de voir l’Apple Watch débrayer automatiquement l’app Activité qui demande de se lever quelques minutes toutes les heures : derrière le volant, ce n’est pas une très bonne idée.

Mickaël
igen.fr

Aller en haut