Accueil / Finances / Selon Cytonn, la hausse des créances douteuses plombera la rentabilité des banques…

Selon Cytonn, la hausse des créances douteuses plombera la rentabilité des banques…

Selon Cytonn, la hausse des créances douteuses plombera la rentabilité des banques…

Selon Cytonn, la hausse des créances douteuses plombera la rentabilité des banques kényanes

La firme d’investissement kényane Cytonn Investment a indiqué dans un rapport que le renforcement de la régulation sur la gestion des créances douteuses a négativement impacté la rentabilité des banques locales au cours de l’exercice 2015. « Les provisions qui sont des sommes mises de côté pour amortir les dettes non performantes ont progressé, réduisant ainsi les marges de profits », a expliqué Maurice Oduor, un des gestionnaires d’investissement au sein de la firme basée à Nairobi.

Pour plusieurs raisons, l’encours global des créances douteuses a bondit de 7% entre le deuxième trimestre 2015 et le troisième, selon des indicateurs de la banque centrale. Elles sont ainsi passées de 123,9 milliards de shillings à la fin juin 2015, à 124,8 milliards de shillings au terme du mois de septembre de la même année.« La Banque centrale continue de suivre le secteur avec attention, notamment en ce qui concerne les risques liés au crédit, dont on peut noter une certaine progression », a fait remarquer le communiqué délivré à l’issue du comité de politique monétaire du 21 mars, citant Patrick Njoroge, le gouverneur de l’institution.

Chez Cytonn Investment, on estime cependant qu’il n y a pas encore lieu à s’alarmer, dans la mesure où les banques ont parfaitement intégré la nouvelle réglementation, grâce notamment à l’appui des capitaux-investisseurs. Tout en gardant le même optimisme, la banque centrale dit qu’elle se prononcera après avoir évalué l’ensemble.

La situation sera aussi à suivre avec attention par les investisseurs du Nairobi Securities Exchange, qui regroupe un total de 11 banques cotées. Selon un classement effectué par Cytonn Investment, il est ressorti que pour l’exercice 2015, National Bank of Kenya a réalisé la pire des performances avec une perte concédée de 12 milliards de shillings. NIC Bank est celle dont l’encours des créances douteuses a connu la plus forte progression (+608%) sur la période. Mais Kenya Commercial Bank, Equity Bank et Diamond Trust Bank, qui sont les plus importantes, gardent les faveurs des investisseurs.

Idriss Linge
agenceecofin.com

Aller en haut