Accueil / Mines & Energies / Selon le président Buhari, 250 000 barils de pétrole brut sont volés…

Selon le président Buhari, 250 000 barils de pétrole brut sont volés…

Selon le président Buhari, 250 000 barils de pétrole brut sont volés…

Selon le président Buhari, 250 000 barils de pétrole brut sont volés chaque jour au Nigeria !

Le président nigérian Muhammadu Buhari a promis, dans un discours prononcé le 21 juillet à Washington, de récupérer les sommes d’argent « ahurissantes » issues de vols et de détournements de pétrole à grande échelle dans son pays.

M. Buhari, qui a effectué une visite officielle Washington du 20 au 22 juillet, a précisé dans ce cadre que 250 000 barils de pétrole brut sont volés chaque jour au Nigeria, premier producteur d’or noir d’Afrique, soit plus de 10% de la production nationale.

Le chef d’Etat âgé de 72 ans a également affirmé que les États-Unis et d’autres pays aidaient le Nigeria à pister les comptes individuels en banque sur lesquels ont été placés les sommes d’argent volatilisées.

«Nous allons demander à ce que ces comptes soient gelés et nous allons poursuivre les individus. La somme d’argent en question est ahurissante. Certains anciens ministres ont vendu environ un million de barils par jour», a-t-il affirmé.

«Je peux vous assurer que nous allons pister et rapatrier cet argent et nous appuyer sur les documents liés à ces comptes pour poursuivre leurs propriétaires», a-t-il ajouté.

M. Buhari avait demandé au premier jour de sa visite aux Etats-Unis l’aide son homologue américain Barack Obama pour localiser et rapatrier quelque 150 milliards de dollars d’avoirs volatilisés par des anciens hauts fonctionnaires corrompus.

Le nouvel homme fort du Nigeria a déjà dissous fin avril le conseil d’administration de la NNPC, la compagnie pétrolière nationale, et a ordonné une enquête au sein de cette entreprise. Ce général à la retraite avait promis, lors de sa campagne électorale, de lutter farouchement contre la corruption qui gangrène l’économie de la première puissance économique africaine.

Alors que les finances publiques sont mises à mal par la chute des cours mondiaux de brut, le président Buhari a accusé le gouvernement de l’ex-président Jonathan d’avoir laissé les caisses de l’Etat pratiquement vides. A la fin du mois de mars, la dette totale du pays s’élevait à 63,5 milliards de dollars.

agenceecofin.com

Aller en haut