Accueil / Développement / Sénégal: Contreperformance des secteurs primaire et tertiaire – L’activité économique au ralenti

Sénégal: Contreperformance des secteurs primaire et tertiaire – L’activité économique au ralenti

Sénégal: Contreperformance des secteurs primaire et tertiaire – L’activité économique au ralenti

En janvier 2015, des contreperformances ont été enregistrées dans les secteurs primaire et tertiaire qui ont respectivement connu des baisses de 0,9 % et 6 %. Cependant, l’activité du secteur secondaire est en progression de 3,2 %. Au total, l’activité économique s’est repliée de 10,1 % en rythme mensuel.

L’activité économique, qui a connu un repli de 10,1 %, ne semble pas bien partie pour le début de l’année 2015, même si dans le dernier trimestre de 2014 de bonnes performances ont été notées, révèle la Direction de la prévision et des études économiques (Dpee).

Après les bons résultats enregistrés en novembre et décembre 2014, l’activité du secteur primaire s’est repliée à -0,9 % en janvier 2015.

Cette situation est imputable à la régression du sous-secteur de l’élevage (-6,4 %) qui résulte des contreperformance liées aux abattages contrôlés de bovins (-3,2 %), d’ovins (-14,6 %) et de caprins (-8,1 %). En glissement, l’activité du secteur primaire s’est contractée de 0,2 %, en janvier 2015, en liaison avec le sous-secteur de la pêche (-8,6 %), l’élevage ayant enregistré une croissance de 2,1 %.

Ces mêmes résultats peu probants ont été aussi relevés dans le secteur tertiaire dont l’activité a baissé de 6 %, en variation mensuelle, tirée par le commerce (-16,9 %), les services d’hébergement et de restauration (-11,9 %) et les activités de santé et d’action sociale (-64,5 %). Cette diminution a été, toutefois, atténuée par les services financiers (+18,6%), le transport (+2,1 %) mais aussi par les postes et télécommunications (+12,3 %).

En glissement annuel, l’activité, dans le secteur tertiaire, s’est contractée de 4 % en janvier 2015, à cause essentiellement du commerce (-5,9 %).

En revanche, le transport (+9,4 %) s’est bien comporté en janvier 2015, comparativement à la même période un an auparavant. Contrairement aux mauvais résultats du primaire et du tertiaire, l’activité du secondaire a enregistré une hausse mensuelle de 3,2 %.

Une évolution qui a été particulièrement tirée par la construction (+9,3%), le raffinage (+39,3 %), les activités de « conserves de viande et de poissons » (+15,6 %) et d’« égrenage de coton et fabrication de textiles », la fabrication d’autres produits alimentaires (+11,2 %) et les autres industries manufacturières (+62,7 %).

Elle a été, toutefois, atténuée par les activités extractives (-10,1 %), la fabrication de « corps gras alimentaires » (-30,3 %) et l’énergie (-10,9 %).

Sur un an, le secteur secondaire s’est replié de 1,3 % du fait des contreperformances notées dans les activités extractives (-27,9 %), les industries chimiques (-36,9 %), le travail de grains (-22,9 %), l’« égrenage de coton et fabrication de textiles » (-54,6 %), l’activité de « métallurgie-fonderie » (-50,3 %) et la « fabrication de papier, carton » (-47,1 %). Par contre, l’énergie et la construction ont progressé de respectivement 4,6 % et 6,9 %.

Abdou Diaw
allafrica.com

Aller en haut