Accueil / Développement / Sénégal : le FMI entre optimisme pour la croissance et inquiétude face à la dette

Sénégal : le FMI entre optimisme pour la croissance et inquiétude face à la dette

Sénégal : le FMI entre optimisme pour la croissance et inquiétude face à la dette

Le Fonds monétaire international vient de boucler une mission d’évaluation au Sénégal. La mission du FMI qui a séjourné dans la capitale sénégalaise du 7 au 19 septembre salue la dynamique de la croissance économique du pays mais s’inquiète de la dette publique qui augmente.

Si on en croit le Fonds monétaire international, l’économie sénégalaise est sur une pente ascendante. De nombreux signes indiquent que l’économie du pays de l’Afrique est en bonne santé, selon le FMI qui salue les « bons progrès » économiques faits par l’Etat du Sénégal, notamment dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent (PSE), cadre de référence des politiques pour un Sénégal émergent à l’horizon 2035.

L’institution de Breton Woods qui vient de boucler une mission d’évaluation du 7 au 19 septembre dans la capitale sénégalaise estime que « la croissance économique du Sénégal devrait rester solide au-dessus de 6%, et l’inflation se situerait à 2% en 2017 ». Une performance imputée au « réalisme » du PSE, programme phare du Président Macky Sall au pouvoir depuis 2012, et à l’attractivité du pays en terme d’investissement.

Ragaillardis par « les perspectives politiques stables du Sénégal », les investisseurs privés ont injecté plus de 1500 milliards de Francs CFA en 2016 dans le pays qui revendique la 4ème croissance la plus rapide d’Afrique subsaharienne.

« Le volume des Investissements Directs à l’Etranger (IDE) a également augmenté de 12% en valeur annuelle et atteint aujourd’hui 210,4 milliards de Francs CFA », indique une note publiée récemment sur le site de la présidence de la République du Sénégal.

De plus, « grâce à une bonne politique fiscale » l’Etat du Sénégal a pu récolter en mai dernier 660 milliards de francs CFA d’investissements sur une durée de 16 ans lors de l’émission d’obligations souveraines sur les marchés financiers internationaux. Ces investissements qui s’accumulent font présager de bonnes perspectives macroéconomiques pour 2018, selon toujours le FMI qui relativise cependant.

Le FMI s’inquiète de la dette publique qui augmente

Derrière ce tableau, se cache en effet une triste réalité. Le rythme de croissance assez dynamique du pays qui occupe la 147e place du dernier classement Doing Business de la banque mondiale n’impacte pas réellement le niveau de vie des populations. Le taux de chômage des personnes âgées de 15 ans ou plus , par exemple, est évalué à 22,7% au premier trimestre 2017, selon l’Enquête nationale sur l’emploi au Sénégal (ENES) réalisée et rendue public à la fin du mois de juin.

LeFMI recommande au gouvernement de Dakar d’investir dans les infrastructures, mais aussi dans le capital humain, le social, l’éducation, la santé et les bourses sociales. « Il faut trouver les moyens pour financer ses programmes, faire des efforts et améliorer les recettes », a souligné Ali Michael Mansoor, sous-directeur du département Afrique du Fonds monétaire international qui s’inquiète également de la dette publique du Sénégal qui augmente.

« La dette publique a continué à augmenter. Le service de la dette, qui était égal à 24% des recettes en 2014, pourrait atteindre 30% en 2017 », s’inquiète l’officiel du FMI qui appelle le Sénégal à poursuivre sa politique « d’assainissement budgétaire » qui consiste à réduire les exonérations fiscales, entre autres mesures, afin de ramener « le service de la dette au niveau de 2014 au cours des 10 prochaines années »

Khadim Mbaye
la tribune afrique

Aller en haut