lundi 18 novembre 2019
Accueil / Tic & Telecoms / Sitic Africa 2019 : Coopération triangulaire entre la Tunisie, l’Afrique et l’Occident

Sitic Africa 2019 : Coopération triangulaire entre la Tunisie, l’Afrique et l’Occident

Sitic Africa 2019 : Coopération triangulaire entre la Tunisie, l’Afrique et l’Occident

Á l’occasion de la 4e édition du Salon international des technologies de l’information et de la communication dédié à l’Afrique (Sitic Africa 2019), qui sera organisé par la société Tunisie Afrique Export (TAE), une conférence de presse a été organisée, mercredi, 12 juin 2019, à l’hôtel Novotel de Tunis.

Sitic Africa 2019 aura lieu du 18 au 20 Juin 2019, au Parc des Expositions du Kram à Tunis, sous l’égide du ministère des Technologies de la communication et de l’Economie numérique, et avec la coopération active du ministère des Affaires étrangères, de l’Association professionnelle tunisienne des banques et des établissements financiers (APTBEF), de l’Union des banques maghrébines (UBM), de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (Utica), de l’Organisation arabe des TIC (AICTO), et du Club DSI Tunisie.

Faire de la Tunisie un hub régional et international pour les TIC

Férid Tounsi, Pdg de TAE, qui a été l’animateur et le principal intervenant de la conférence, a assuré que l’objectif de cet événement est de faire de la Tunisie un hub régional et international pour les technologies de l’information et de la communication (TIC). «Ce sera une mission très complexe, nécessitant notamment beaucoup de communication et d’investissement», a-t-il poursuivi, assurant, à cet effet, l’importance du rôle joué par les différents partenaires, et en particulier le ministère des affaires étrangères, «qui a toujours cru au potentiel du secteur et de notre projet, depuis 2016».

M. Tounsi a souligné, par ailleurs, que le grand potentiel africain, aussi bien au niveau économique que technologique, combiné aux ressources financières et aux compétences des pays occidentaux, pourraient constituer un axe de développement et de partenariat triangulaire gagnant-gagnant entre la Tunisie, l’Afrique et les pays occidentaux.

Le Pdg de TAE a assuré, d’un autre côté, que Sitic Africa a la particularité d’être le seul rassemblement en son genre qui attire, chaque année, plus de 200 hommes d’affaires africains (environ 275 cette année). «Ces entrepreneurs sont des acteurs économiques effectifs, qui opèrent bel et bien en terre africaine», s’est-il réjoui, assurant que la raison essentielle de cette attractivité est la crédibilité du salon.

Plusieurs représentants officiels et des milliers de visiteurs

Karim Ben Becher, directeur général Afrique au ministère des Affaires étrangères, a déclaré, pour sa part, que le salon connaîtra quelques visites de délégations ministérielles, à l’instar de la ministre des Relations internationales et de la francophonie du Québec, Nadine Girault, et de la ministre sénégalaise de l’Economie numérique et des Télécoms, Ndéye Tické Ndiaye Diop. Au niveau institutionnel, il a assuré que plusieurs pays africains ont confirmé leur présence, à l’image du Mali, du Burkina Faso et de la Sierra Leone.

M. Ben Becher a indiqué, d’autre part, que des invitations ministérielles et institutionnelles ont été envoyées à l’attention d’autres nations africaines – francophones et anglophones – telles que le Ghana, l’Éthiopie, le Gabon, le Niger et le Kenya, et que les 10 ambassadeurs africains accrédités en Tunisie seront également du rendez-vous.

Il est à noter que les étudiants de l’Afrique subsaharienne en Tunisie seront eux aussi de la partie, pas seulement pour représenter leurs pays respectifs, mais également en tant que ressources humaines importantes pour la Tunisie, surtout que le secteur des TIC souffre de la fuite des compétences tunisiennes à l’étranger.

Les pays du Maghreb seront aussi, de leur côté, fortement présents, grâce à l’Union des banques maghrébines (UBM), dont la présidence est actuellement tunisienne.

Pour ce qui est de la participation occidentale, outre le Québec, 3 pays ont déjà réservé des pavillons internationaux au salon, à savoir l’Allemagne, la Belgique et le Canada. Un nombre qui devrait augmenter dans les prochains jours, selon M. Tounsi, qui a rappelé que la coopération triangulaire qui rassemble la Tunisie, les pays occidentaux et l’Afrique a déjà été entamée à l’édition 2018 du salon, puisque des entreprises canadiennes du numérique explorent, depuis l’année dernière, de plus en plus, la Tunisie comme base de production pour se redéployer en Afrique.

En somme, les organisateurs attendent plus de 300 personnalités africaines parmi les décideurs des secteurs public et privé et près de 10.000 visiteurs tunisiens, africains et internationaux.

Au programme, promotion de la Tunisie, rencontres B2B et worshops

Le programme du Sitic Africa 2019 comportera 3 volets importants. Le premier consistera en la présentation d’une offre complète des TIC en Tunisie, avec notamment des pavillons internationaux innovants. Considérée comme le noyau dur du salon, cette promotion de l’offre tunisienne du numérique aura pour objectif de permettre à l’entreprise subsaharienne, maghrébine et occidentale de mieux connaître le potentiel tunisien.

Le deuxième volet est l’organisation de rencontres «business to business» (B2B). Dans un espace qui leur est dédié. En effet, plus de 1.000 rencontres sont programmées, et ce dans le but de favoriser l’investissement, le partenariat et l’exportation, toujours dans le cadre de la coopération triangulaire précédemment expliquée.

Enfin, il y aura une organisation de forums et de «workshops» (ateliers collaboratifs) sur des sujets d’actualité, relatifs aux affaires des TIC, en Afrique et dans les pays occidentaux, tels que le forum international «E-santé en Afrique», qui en sera à sa deuxième édition.

«Je lance un appel à tous les professionnels tunisiens pour venir nombreux au Sitic Africa 2019. La numérisation de notre économie est un must car le numérique est transversal au service de tous les secteurs économiques (agriculture, industrie, services, etc.). Grâce à lui, nous pouvons améliorer notre compétitivité et mieux accéder à l’innovation», a conclu M. Tounsi.

Cherif Ben Younès

kapitalis

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut