Accueil / Développement / Situation économique: la Banque mondiale partage l’expérience de la Côte d’Ivoire

Situation économique: la Banque mondiale partage l’expérience de la Côte d’Ivoire

Situation économique: la Banque mondiale partage l’expérience de la Côte d’Ivoire

« Dissémination- Performances économiques de la Côte d’Ivoire depuis la fin de la crise post-électorale : L’histoire se répète-t-elle ? ». C’est l’intitulé du rapport du groupe de la Banque mondiale, présenté ce lundi 16 février, à Abidjan-Cocody, par Volker Treichel, économiste principal de l’institution, coordonnateur de programmes pour le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée et le Togo.

Cette rencontre à laquelle a pris part la ministre auprès du Premier ministre chargée de l’Economie et des Finances, Kaba Nialé, visait à analyser et partager avec les Ivoiriens les performances économiquse de la Côte d’Ivoire tant sur le plan endogène qu’exogène, s’est exprimé Ousmane Diagana directeur des Opérations de la Banque mondiale pour le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée et le Togo. Et, selon lui, ce travail s’inscrit dans le cadre de travaux analytiques et le suivi économique et financier initiés des pays membres initié par le groupe de la Banque mondiale.

Dans ce rapport, Volker Treichel souligne que la croissance a été forte dans tous les secteurs d’activités, des signes qui augurent à une bonne reprise économique depuis la période post-crise. Avec des estimations récentes suggérant un maintien de 8% du taux de croissance du Pib, il note : « La robustesse des investissements est le facteur le plus important de la relance économique, essentiellement les investissements privés qui ont que doublé, bénéficiant des retombées de l’investissements public en infrastructures et de la baisse des coûts de conduite des affaires en Côte d’Ivoire ».

Un effet modéré a été constaté par rapport à la baisse des prix des principaux produits d’exportations du pays, du fléchissement rapide de l’euro qui ont des impacts sur les échanges commerciaux, souligne le document. « L’incidence nette de l’évolution du prix du pétrole sur la Côte d’Ivoire sera probablement restreinte. Pour un pays traditionnellement proche de l’équilibre en matière d’exportations nettes de pétrole, les effets de la chute des cours mondiaux auront tendance à se diluer », dit la note. … suite de l’article sur Fraternité Matin

Aller en haut