Accueil / Développement / Smartphones : coup de frein pour Xiaomi, Samsung dans le décor

Smartphones : coup de frein pour Xiaomi, Samsung dans le décor

Smartphones : coup de frein pour Xiaomi, Samsung dans le décor

C’est une première pour la startup chinoise qui a écoulé 34,7 millions de smartphones au premier semestre 2015, soit 300.000 de moins de smartphones qu’entre juillet et décembre 2014. Le numéro 3 mondial des smartphones est confronté au ralentissement du marché chinois, où il occupe la première place devant le sud-coréen Samsung, en chute libre.

Xiaomi a vendu 33% de smartphones plus qu’il y a un an mais moins que lors du précédent semestre. Avec 34,7 millions d’appareils vendus entre janvier et juin 2015, contre 35 millions entre juillet et décembre 2014, l’ascension du numéro un chinois du smartphone, s’est ralentie avec, pour la première fois, des ventes en baisse d’un semestre sur l’autre, d’après des chiffres publiés jeudi 2 juillet.

“Même avec le ralentissement du marché chinois, nous avons fait un travail remarquable”, s’est réjoui dans le communiqué le milliardaire Lei Jun, fondateur et directeur général du fabricant de smartphones.

Avec 12,5% de part de marché en Chine, la startup fondée en 2010 et valorisée 45 milliards de dollars par ses investisseurs a en effet multiplié ses ventes par près de trois au cours de l’année 2014. A contrario, le constructeur sud-coréen Samsung était en chute libre, enregistrant une baisse de 22,4% de sa part de marché, à 12,1%.

L’objectif de 80 à 100 millions de smartphones reste tenable

Après avoir vendu un peu plus de 61 millions de smartphones l’an passé, en hausse de 227% par rapport à 2013, Xiaomi s’est fixée comme objectif d’en vendre 80 à 100 millions cette année, ce qui pourrait être compromis au vue de ces nouveaux chiffres.

Outre le ralentissement du marché chinois, arrivé à maturité, et la concurrence d’entreprises chinoises mieux établies comme Lenovo et Huawei, Xiaomi peine également à se développer sur d’autre marchés émergents, comme l’Inde, en raison de mesures protectionnistes.

L’investissement en avril du conglomérat Tata devrait permettre au groupe, qui s’est lancé cette semaine au Brésil, de se renforcer sur le marché indien. Par ailleurs, ses résultats sont généralement meilleurs sur les six derniers mois de l’année avec des ventes en augmentation grâce à de nouveaux modèles.

latribune.fr

Aller en haut