Accueil / Tic & Telecoms / Snapchat accélère sa monétisation avant son entrée en Bourse

Snapchat accélère sa monétisation avant son entrée en Bourse

Snapchat accélère sa monétisation avant son entrée en Bourse

L’application de messagerie éphémère devrait parvenir à atteindre 50 millions de dollars de revenus en 2015, croit savoir le site américain “Re/Code”.

Alors que l’étape Wall Street se rapproche pour Snapchat, l’application de messagerie éphémère serait (enfin) en passe de parvenir à monétiser ses services. Selon le site américain “Re/Code” citant plusieurs sources proches du dossier, la start-up d’Evan Spiegel devrait parvenir à atteindre 50 millions de dollars cette année et près de 200 millions en 2016.

A titre de comparaison, Twitter avait généré 300 millions de dollars de revenus en 2012, quelques mois avant son Initial Public Offering (IPO). Valorisé près de 16 milliards de dollars , Snapchat n’a commencé à réellement se soucier de la monétisation en 2014.

Fin 2013, soit à peine deux ans après ses débuts – alors que le fondateur venait de refuser une offre de rachat de 3 milliards de dollars de Facebook – son chiffre d’affaires était alors estimé à moins de 200.000 dollars… Depuis, les dirigeants de la start-up se sont retroussés les manches et ont fait de la monétisation une de leur priorité.

Premières publicités

D’abord sur le terrain du recrutement. En décembre 2013, le groupe a embauché Emily White, une proche de Sheryl Sandberg , qui s’occupait alors de la monétisation chez Instagram. En juin 2014, la start-up a débauché, chez Facebook, Mike Randall, qui gère depuis la gestion des partenariats publicitaires de l’application. Quelques mois plus tard, Imran Khan a ensuite rejoint l’équipe de Snapchat alors qu’il travaillait pour le Crédit Suisse et avait notamment été en charge de l’IPO du géant chinois AliBaba à Wall Street.

Au niveau de son offre aussi, l’application a mis les bouchées doubles. En octobre 2014, Evan Spiegel annonçait ainsi que les premières publicités sur Snapachat étaient “imminentes”. Depuis le groupe vend des encarts publicitaires à des grands groupes tels que Samsung ou Universal Pictures.

Snapcash, Discover, musique en ligne

Mi-novembre, le groupe a aussi lancé Snapcash qui est directement intégré à l’application. Ce service de transfert d’argent a été mis au point en partenariat avec Square, une société américaine spécialisée dans le paiement mobile et qui travaille déjà avec Starbucks.

En vue de fidéliser ses utilisateurs – dont le volume frôle les 200 millions actifs mensuels tandis qu’Evan Spiegel en revendique 100 millions au quotidien ainsi que 3 milliards de vidéos visionnées tous les jours – le groupe a lancé, début 2015, Discover, une plate-forme de médias en partenariat avec CNN, Vice ou encore Cosmopolitan et que BuzzFeed devrait notamment bientôt rejoindre . Et selon les fuites inhérentes à l’”affaire Sony” en fin d’année, le groupe réfléchirait aussi à mettre un pied sur le segment de la musique en ligne .

2016 sera la présidentielle Snapchat aux Etats-Unis

En attendant, la hausse des revenus anticipés sur 2015 et 2016 reposerait notamment sur le rôle central que l’application pourrait tenir lors des élections présidentielles américaines. Les candidats s’en saisissent peu à peu et Snapchat s’est préparé en conséquence en recrutant des journalistes pour couvrir cette élection afin de produire son propre contenu qui pourra être repris par les médias travaillant déjà avec Discover.

Selon “Re/Code”, le volet “recrutement” ne serait d’ailleurs pas terminé puisque les dirigeants de Snapchat, chercheraient ardemment, depuis plusieurs mois, un directeur financier expérimenté. Mais à l’instar d’un patron pour Twitter , bien que le poste intéresse moult personnes, celles ayant le bon profil, étant disponibles et candidates, ne sont pas si nombreuses.

Nicolas Richaud
lesechos.fr

Aller en haut