Accueil / Finances / Société Générale, bénéficiaire, coupe encore dans sa banque d’investissement

Société Générale, bénéficiaire, coupe encore dans sa banque d’investissement

Société Générale, bénéficiaire, coupe encore dans sa banque d’investissement

Société Générale, bénéficiaire au premier trimestre, a décidé de réduire à nouveau la voilure de sa banque de financement et d’investissement (BFI), lui demandant d’économiser 220 millions d’euros supplémentaires d’ici fin 2017.

Le groupe a publié mercredi pour le premier trimestre un bénéfice net en hausse de 6,5%, à 924 millions d’euros, supérieur aux attentes des analystes qui tablaient en moyenne sur 884 millions.

La progression a été soutenue par des éléments exceptionnels et une bonne performance de l’ensemble de la banque de détail durant le trimestre.

Mais, à l’instar de BNP Paribas, Société Générale va soumettre sa banque de financement et d’investissement à un régime drastique avec un nouveau plan de réduction des coûts.

Ce programme d’économies est le troisième engagé par le groupe depuis 2012. Il vient s’ajouter à celui actuellement en cours visant à économiser 850 millions d’euros sur l’ensemble du groupe, dont 323 millions sur la BFI, à la même échéance.

Au total, la BFI devra économiser quelque 543 millions d’euros et supporter à elle seule près de la moitié des économies envisagées à horizon 2017.

Société Générale aura effectué des plans d’économies annuelles à hauteur de 2 milliards d’euros sur la période 2012-2017, afin de «compenser la hausse des impôts et taxes et de dégager des marges de manoeuvre pour investir dans ses activités en croissance», justifie le groupe dans un communiqué.

Par ailleurs, en excluant les éléments non-récurrents, tels que les effets comptables positifs liés à la réevaluation de la dette propre du groupe, le bénéfice net trimestriel de la banque ressort quasiment stable (-0,5%) à 829 millions d’euros contre 833 millions l’an dernier sur la même période.

Le produit net bancaire (PNB, équivalent du chiffre d’affaires) a baissé de 2,8%, à 6,2 milliards d’euros, dépassant néanmoins les attentes.

- Coût du risque au plus bas depuis 2008 -

Point positif, la banque française met en avant la diminution marquée de son coût du risque (provisions réalisées pour faire face aux risques d’impayés sur les prêts accordés) de 14,5% par rapport à l’an dernier à 524 millions d’euros, atteignant «son plus bas niveau depuis 2008».

Par métiers, la banque de détail en France voit son bénéfice net augmenter de 17,6% à 328 millions d’euros. Sur le trimestre, la banque en ligne du groupe, Boursorama, enregistre pour sa part une bonne performance avec l’acquisition de près de 61.000 nouveaux clients.

Toutefois, les frais de gestion de ce pôle augmentent de 2,4% en raison des investissements engagés dans la transformation numérique et de l’accroissement de la contribution au Fonds de résolution unique européen, explique le groupe, soulignant dans le même temps «un contrôle strict des autres dépenses».

Le pôle banque de détail et services financiers internationaux double sa contribution au résultat net du groupe par rapport à l’an dernier, affichant un bénéfice net de 300 millions d’euros, soutenu essentiellement par une hausse des revenus dans la banque de détail à l’international.

En revanche, la banque de financement et d’investissement voit son bénéfice reculer de 14,7% à 454 millions d’euros, plombé par le fléchissement des revenus aussi bien dans les activités de marché que dans celles de gestion d’actifs et de banque privée.

En termes de solvabilité, le ratio de fonds propres «dur» (apports des actionnaires et bénéfices mis en réserve rapportés aux crédits consentis) s’élevait fin mars à 11,1%, en hausse de 0,25 point par rapport à fin 2015.

«Fort d’un bilan sain et de ratios de solvabilité solides, le groupe est confiant dans ses perspectives pour l’année 2016, et continuera d’investir dans ses leviers de croissance, tout en pilotant strictement ses coûts et ses risques», a commenté le directeur général de la banque, Frédéric Oudéa, cité dans le communiqué.

afp/20minutes.fr

Aller en haut