Accueil / Mines & Energies / Sonatrach à la conquête de nouveaux marchés au Moyen-Orient

Sonatrach à la conquête de nouveaux marchés au Moyen-Orient

Sonatrach à la conquête de nouveaux marchés au Moyen-Orient

La compagnie nationale des hydrocarbures, Sonatrach, cherche à augmenter ses parts de marché dans certains pays du Moyen-Orient comme l’Égypte ou la Jordanie, rapporte, mercredi 11 octobre, le média Gulf Times.

La demande de GNL est en plein « boom » dans la région et la Sonatrach entend capitaliser sur cette nouvelle donne et augmenter sa production, selon la même source. Ainsi, en marge du Congrès mondial de l’énergie à Istanbul, le PDG de la compagnie, Amine Mazouzi a confirmé : « Sonatrach discute de livraisons de gaz naturel liquéfié (GNL) avec l’Égypte, qui entend lancer un appel d’offres. Dans le même temps, on regarde vers d’autres marchés du Moyen-Orient comme la Jordanie ».

Parmi les autres marchés à explorer, figure la Turquie. Les deux pays sont liés par un contrat de fourniture de 4 milliards de mètres cubes de gaz jusqu’à 2020. « La Turquie est l’un des marchés où nous voulons fournir davantage de GNL », affirme le PDG de la Sonatrach.

Concurrence de nouveaux acteurs

L’Algérie, première à avoir exporté la première cargaison il y a 52 ans fait désormais face à la concurrence de nouveaux acteurs comme les États-Unis ou l’Australie. En effet, les capacités de liquéfaction devraient augmenter de 50% d’ici 2020, selon la même source. De plus, les pays consommateurs de GNL cherchent des formules et des contrats « plus flexibles », rappelle le quotidien, en référence au marché spot.

Une nouvelle donne qui menace les parts de marché de l’Algérie, fournisseur historique qui assure 5% de l’offre mondiale (en 2015), poursuit Gulf Times. Pour y faire face, l’Algérie, premier producteur de gaz en Afrique, mise sur une augmentation de sa production.

Après une décennie de recul en raison du vieillissement des puits et de lois contraignantes sur l’investissement étranger, l’offre algérienne de GNL est en hausse, indique la même source. Le retour de la production du complexe gazier d’In Amenas y contribue en partie, précise Gulf Times.

L’Algérie souhaite booster sa production gazière en lançant de nouveaux projets, notamment à Hassi Rmel. Dans ce contexte, Mazouzi annonce la signature d’un contrat avec la compagnie norvégienne Statoil « dans les prochaines semaines », rapporte le Gulf Times.

Tewfik Abdelbari / tsa-algerie.com

Aller en haut