Accueil / Mines & Energies / Soudan du Sud : retour à la sécurité maximale pour le secteur pétrolier

Soudan du Sud : retour à la sécurité maximale pour le secteur pétrolier

Soudan du Sud : retour à la sécurité maximale pour le secteur pétrolier

Ezekiel Lol Gatkuoth (photo), le ministre sud-soudanais du pétrole a indiqué mercredi, que les efforts du gouvernement pour garantir la pleine sécurité aux entreprises du secteur, ont abouti. Dans un entretien accordé au Malaysian Star, le responsable a déclaré que la situation sécuritaire autour des zones de production est désormais sous contrôle et que les investisseurs pourront désormais opérer dans la quiétude.

Pour Juba, la question sécuritaire est au cœur du processus visant à porter la production de 130 000 actuellement à 290 000 barils par jour en juillet 2018 comme prévu. Or, les violences dans les zones de production ralentissent et la production et les potentiels investisseurs rechignent à injecter des capitaux dans le secteur. La branche armée de l’opposition se bat contre l’armée régulière pour prendre le contrôle de certains bassins de production afin de déstabiliser le régime dont les seules sources de revenus proviennent de l’exploitation pétrolière.

A en croire Lol Gatkuoth, le gouvernement a, en effet, renforcé la présence militaire dans l’ensemble des principaux bassins de production du pays et s’a attend à une reprise imminente des activités d’exploitation. Il convient de souligner qu’actuellement, c’est du bassin de Melut (troisième plus grande réserve du continent) qu’est extrait la totalité de la production du pays. Le reste des actifs pétroliers étaient fermés depuis 2013, date du début des conflits.

Cette annonce du ministre du pétrole vient renforcer les affirmations précédentes du même type, notamment en début d’année où le gouvernement avait, à deux reprises, garanti la sécurité aux investisseurs, mais les violences n’avaient jamais cessé dans les zones de production.

Le Soudan du Sud est le seul producteur de pétrole d’Afrique de l’Est, avec des réserves estimées à 1,5 milliard de barils.

Olivier de Souza
agence ecofin

Aller en haut