Accueil / Tic & Telecoms / Start-up africaine de la semaine : Paps, l’appli de livraison sénégalaise qui veut aller vite

Start-up africaine de la semaine : Paps, l’appli de livraison sénégalaise qui veut aller vite

Start-up africaine de la semaine : Paps, l’appli de livraison sénégalaise qui veut aller vite

Design agréable et ergonomie travaillée, Paps se présente comme la première application de livraison à la demande géolocalisée en Afrique francophone. Quatre mois après son lancement au Sénégal, son fondateur rêve déjà de s’implanter à l’étranger.

Bouquets de fleurs accompagnés d’un petit mot, clefs oubliées dans le vestiaire d’une salle de sport, gâteaux pour des anniversaires surprises… Pour les livreurs de Paps, les demandes se suivent et ne se ressemblent pas. “La dernière fois, un de nos clients s’est retrouvé à l’aéroport sans son billet. On avait seulement une heure pour aller le récupérer et lui ramener”, se souvient Bamba Lo, le fondateur de l’appli.

Le principe de Paps est simple : après s’être inscrit en quelques secondes, l’utilisateur fait appel à l’algorithme de l’application pour trouver le coursier le plus proche. Une vingtaine d’entre eux sillonnent la capitale en scooter ou en vélo afin de répondre aux desiderata des particuliers et des entreprises. Temps de livraison maximum assuré : 45 minutes pour toute livraison à Dakar où l’entreprise se cantonne pour l’heure.

À l’image de ses livreurs, Bamba Lo est du genre à aller vite. Quatre mois seulement après avoir lancé l’application, le jeune homme de 31 ans est en lice pour le prix Hub Africa, initiative marocaine qui récompense les start-up les plus prometteuses du continent. Un beau parcours pour cet entrepreneur volontaire, qui a créé un centre d’appels après une première vie professionnelle dans le conseil et des études à Paris et au Québec.

Un potentiel énorme

C’est d’ailleurs dans sa précédente entreprise que lui est venue l’idée de créer Paps. “Nous vendions à l’époque des abonnements téléphoniques, se rappelle-t-il. Mais cela nous rapportait assez peu. On a voulu aller au bout de la démarche et livrer nous-mêmes les puces des téléphones. Les gens nous ont alors demandé de livrer tout un tas de choses. Et j’ai très rapidement pensé à créer une appli mobile de livraison en Afrique, où le service postale est souvent défaillant.”

>>Lire l’article complet sur jeuneafrique.com

Aller en haut