Accueil / Finances / State Bank of Mauritius finalise son entrée aux Seychelles et prépare de nouveaux produits…

State Bank of Mauritius finalise son entrée aux Seychelles et prépare de nouveaux produits…

State Bank of Mauritius finalise son entrée aux Seychelles et prépare de nouveaux produits…

“State Bank of Mauritius finalise son entrée aux Seychelles et prépare de nouveaux produits à destination de l’Afrique”

State Bank of Mauritius finalise son installation aux Seychelles où elle a récemment obtenu une licence. Au terme de ce processus, elle espère « faciliter les opérations financières et accompagner les entreprises mauriciennes installées dans l’archipel », a fait savoir Ke Ching Lee Kwong, le président du conseil d’administration de SBM Holdings, le groupe parent de SBM, lors d’une interview accordée à CPI Finance.

Le groupe apprend-on aussi, prévoit de mettre en place une gamme de produits destinés à satisfaire la clientèle des Seychelles. Mr Lee Kwong a indiqué par ailleurs, que SBM activera bientôt des options d’acquisitions au Kenya, s’offrant ainsi une entrée sur le marché est-africain, en pleine croissance. « Nous prévoyons d’y exploiter les opportunités de croissance de plus en plus présentes dans le domaines du commerce et des investissements », a-t-il déclaré.

Parallèlement à ces initiatives d’acquisition, SBM annonce la mise en place un fonds de private equity qui sera orienté vers l’Afrique. Elle annonce enfin le lancement d’un fonds dédié au commerce et d’un fonds d’investissement pour donner d’autres options « aux clients qui souhaitent bénéficier de la belle histoire de la croissance africaine ».

Le premier semestre s’achevant au 30 juin 2016 a été solide pour SBM. Le bénéfice net de la période a presque triplé d’une année à l’autre, passant de 468 millions de roupies mauricienne en juin 2015 à 1,5 milliard de roupies. Mais la banque rappelle que cette embellie est à mettre à l’actif d’une enveloppe moins importante des provisions pour créances douteuses. Même s’il sont toujours importants, les revenus d’intérêts ont peu progressé en raison de la hausse des liquidités oisives et de la baisse des investissements.

 

 

Idriss Linge / agence ecofin

Aller en haut