Accueil / Finances / Swiss Leaks : beaucoup de Libanais parmi les clients de HSBC en Afrique

Swiss Leaks : beaucoup de Libanais parmi les clients de HSBC en Afrique

Swiss Leaks : beaucoup de Libanais parmi les clients de HSBC en Afrique

L’affaire des Swiss Leaks avait déjà révélé la présence de nombreux Libanais parmi la clientèle de la filiale suisse de la HSBC. Le journal « Le Monde » souligne cette fois la forte représentation de la communauté libanaise installée en Afrique parmi la clientèle fortunée qui aurait bénéficié des services de la banque.

Un nouvel article du quotidien français Le Monde révèle la présence de plusieurs Libanais d’Afrique dans la liste des clients de la filiale suisse de la banque britannique HSBC, mise en cause dans l’affaire des Swiss Leaks. Ces derniers s’ajoutent à la liste déjà longue de ressortissants du pays du Cèdre qui auraient eu recours aux services de la banque privée, accusée d’avoir mis en place un système d’évasion fiscale au bénéfice de ses riches clients dans les années 2000. Au total, l’enquête menée par le journal Le Monde en 2014 a permis de comptabiliser 2 998 clients libanais dans les fichiers de la banque HSBC, dont de nombreux hommes d’affaires.

En République démocratique du Congo, la grande majorité des clients millionnaires de HSBC Private Bank serait d’origine belge ou issue des communautés juive et libanaise. L’édition de vendredi du Monde cite comme exemple un certain « Hassan », riche importateur de produits pharmaceutiques et industriels. Ce Libanais, qui officie également en Angola, posséderait ainsi depuis 2006 un compte doté de près de 3 millions de dollars. Les Libanais fortunés sont également très présents au Nigeria, au côté des barons du pétrole aux comptes chargés de plus de 35 millions de dollars et des hommes d’affaires indiens. Au Gabon, comme en Guinée équatoriale, les rares millionnaires clients de HSBC sont des hommes d’affaires libanais qui officient dans l’importation de biens.

Au Mali, Antoine Azar, un homme d’affaires originaire du pays du Cèdre, apparaît à 72 ans comme une figure incontournable de Bamako. Cet ancien phalangiste, aussi connu sous le surnom de « Tony », est de loin le plus riche des 99 Maliens détenteurs de compte, avec 35,3 millions de dollars en 2007. Une fortune qu’il a amassée à travers un vaste réseau de supermarchés, de discothèques et d’autres établissements très fréquentés par les Maliens aisés. L’homme est également dans le collimateur des fonctionnaires du FMI depuis 2014.

Au Sénégal, la majorité des millionnaires recensés parmi les 309 clients de la HSBC sont des hommes d’affaires libanais implantés de longue date au pays de la teranga (hospitalité, en wolof). Idem en Côte d’Ivoire où les Libanais sont surreprésentés parmi les clients de la banque. Garagistes, entrepreneurs dans la fourniture de matériaux de bâtiment, dans la construction ou dans l’importation, propriétaires de chaînes de boulangeries ou de magasins alimentaires, leurs comptes sont parfois crédités de plus de 35 millions de dollars.

L’enquête internationale, baptisée Swiss Leaks et à laquelle ont collaboré plus de 150 journalistes de 60 nationalités, a été réalisée sur la base des fichiers de la banque HSBC Suisse, dont le siège est à Genève, et volés en 2007 par l’ancien informaticien franco-italien Hervé Falciani.

Le journal français Le Monde a eu accès, par un informateur secret en janvier 2014, à des centaines de milliers de données à déchiffrer, fournissant des informations sur plus de 106 000 clients originaires d’environ 200 pays de la filiale suisse de HSBC. Le journal a mis les informations à la disposition du Consortium des journalistes d’investigation (ICIJ) à Washington, qui les a partagées avec plus de 50 autres médias internationaux, dont le Guardian au Royaume-Uni ou la Süddeutsche Zeitung en Allemagne.

lorientlejour.com

Aller en haut