Accueil / Développement / Synutra, le géant chinois assoiffé de lait français

Synutra, le géant chinois assoiffé de lait français

Synutra, le géant chinois assoiffé de lait français

A peine inauguré le site de production de poudre de lait de Carhaix (Finistère), le chinois Synutra fourmille déjà de nouveaux projets laitiers en France, pour approvisionner le marché chinois.

“Aujourd’hui, Synutra, qui signifie en chinois le grand début ou le grand départ, n’a jamais aussi bien porté son nom”, s’est félicité le 28 septembre, Zhang Liang, lors de l’inauguration de la plus grande usine de poudre de lait infantile d’Europe, à Carhaix (Finistère). Le PDG et fondateur du 3ème groupe chinois de produits laitiers infantiles avait fait le déplacement pour marquer l’achèvement de la première étape de l’investissement industriel laitier du siècle en France soit 170 millions d’euros, entièrement financé par le groupe chinois. D’ici à dix-huit mois, ce seront 288 millions de litres de lait de 800 éleveurs de la coopérative Sodiaal, qui seront absorbés par les deux tours de séchage de l’usine pour produire 100 000 tonnes de poudre de lait infantile. Une grande première en France.

De futurs projets en France pour Synutra

“Le Made in France est pour nous un gage de qualité et de traçabilité irréprochable. Depuis 2008, nous commercialisons du lait français en Chine”, a souligné le 28 septembre, Zhang Liang. Et cela ne devrait pas s’arrêter là. Le site de Carhaix va accueillir dans les prochains mois de nouveaux projets, notamment la construction d’une usine de production de lait liquide UHT, dont les deux tranches d’ici à 2020 pourraient totaliser 200 millions d’euros d’investissement. “Traditionnellement, les groupes laitiers chinois se tournent vers l’Australie et la Nouvelle Zélande, pour assurer leurs approvisionnements. Nous, nous avons choisi la France”, s’est félicité le patron de Synutra. Ne voulant pas mettre tous ses œufs dans le même panier, le groupe va poursuivre ses emplettes en France, auprès d’autres acteurs. Il s’approvisionnera également auprès des Maîtres Laitiers du Cotentin. La coopérative de Sottevast (Manche), va investir 114 millions d’euros dans une nouvelle usine à Méautis près de Carentan (Manche), qui produira 90 millions de litres de lait par an permettant de fabriquer 690 millions de briquettes de 20 cl de lait infantile.

Pas d’alliance capitalistique donc, à la différence de son compatriote Biostime avec la coopérative d’Isigny-Sainte-Mère. “Nous préférons être indépendants et fonctionner avec des contrats. C’est plus simple”, a expliqué Zhang Liang.

Cinq usines dont une en France

Derrière cette stratégie offensive, se cache pourtant un groupe jeune. Créée en 1998 en Chine, Qingdao, ville portuaire de la province du Shandong à l’est de la Chine, Synutra International a réalisé un chiffre d’affaires de 517 millions d’euros en 2014. Elle s’inscrit au 3ème rang des sociétés présentes sur le territoire chinois dans le domaine des aliments nutritionnels maternels et infantiles. Synutra, qui emploie 12 000 salariés, possède cinq usines, dont deux en Mongolie intérieure, deux sites à Qingdao, et un premier site en France, à Carhaix. La société dispose de deux marques : “Synutra” (pour les bébés et femmes allaitantes) et “Dutchcow” (destinée aux adultes). Deux marques qui pourraient bien prendre un net avantage sur le marché chinois dans les prochaines années, tant les besoins laitiers de la population sont grands. “La production laitière chinoise est proche de la production française en quantité, mais avec une population vingt fois supérieures”, a pointé Zhang Liang.

Adrien Cahuzac / usinenouvelle.com

Aller en haut