Accueil / Finances / Taux, actions, euros, des réactions disparates aux annonces de la BCE

Taux, actions, euros, des réactions disparates aux annonces de la BCE

Taux, actions, euros, des réactions disparates aux annonces de la BCE

Les taux se tendent sur les marchés obligataires, alors que l’euro faiblit… Les actions poursuivent leur rebond. Mario Draghi a encore surpris les marchés, mais pas forcément dans le bon sens.

C’est la surprise du chef. La BCE a annoncé, comme prévu, un allongement de la durée de son programme de rachats d’actifs, jusqu’en décembre 2017 , un peu plus que ce qui était attendu par certains. Mais elle a surtout décidé de ramener le montant des achats d’actifs à 60 milliards d’euros, contre 80 milliards actuellement. Pour la BCE, on ne peut pas parler encore d’un « tapering », c’est-à-dire d’une réduction progressive des achats d’actifs, mais à l’oreille des investisseurs, cela y ressemble déjà un peu.

La nouvelle a en tout cas surpris de nombreux investisseurs. Peu pariaient sur une baisse du montant des achats d’actifs, même si BNP Paribas évoquait ouvertement cette possibilité pour permettre à la BCE de régler les problèmes de rareté de titres sur les marchés obligataires. « Je ne l’aurais pas parié », a réagi immédiatement Vincent Juvyns, chez JP Morgan AM. « Objectivement, ni la reprise économique ni l’inflation ne justifie une telle mesure. »

Erreur de politique monétaire ?

Doit-on parler d’une erreur de politique monétaire ? C’est sans doute trop tôt pour le dire. Malgré tout, pour Bank of America Merrill Lynch, «sur un marché drivé par le resserrement des conditions financières et aucune trace de reprise de l’inflation « core », toute réduction des montants d’achats serait risquée.».

Elle estime tout de même que si ce n’est pas le meilleur des scénarios, c’est « un scénario acceptable, s’il s’accompagne d’une réduction des contraintes », car selon elle en l’état, « réduire les achats en augmentant la durée n’aidera pas la BCE à sortir des contraintes techniques du QE ». Justement, la BCE a annoncée dans la foulée un assouplissement des modalités, notamment en achetant des titres dont la maturité démarre à un an et des titres dont le rendement est inférieur à son taux de dépôt. Cela sonne comme l’aveu d’une vraie difficulté à acheter des titres, notamment allemands, sur un marché obligataire européen où les titres disponibles viennent à manquer, compte tenu de ses achats massifs. Depuis le début du QE, la BCE a tout de même acheté 1.212 milliards d’euros.

L’euro faiblit

Les conséquences sur les marchés financiers sont assez disparates. L’euro d’abord s’est brutalement envolé à 1,0875 dollar peu avant 14 h, avant de se retourner tout aussi brutalement à près de 1,0652 dollar. La décision de la BCE de repousser à fin 2017 la fin programmée du QE accroit en effet la divergence de politique monétaire avec la Fed, qui devrait selon toute vraisemblance augmenter ses taux le 14 décembre prochain. Sachant que la BCE s’apprête encore à acheter 540 milliards d’actifs de plus que prévu initialement.

Sur les marchés obligataires, les taux se sont aussi vivement tendus peu après l’annonce, le bund allemand grimpant jusqu’à 0,456 % et le 10 ans français jusqu’à 0,87 %. Les taux périphériques ont surtout subi des dégagements brutaux, le rendement du 10 ans italiens regrimpant notamment à plus de 2 % et le taux espagnol à plus de 1,50 %.

La Bourse de Paris proche des 4.800 points

Enfin, l’annonce de la BCE n’a pas infléchi la remontée des marchés actions depuis quelques jours. L’indice CAC 40 a même accéléré après 14h, montant jusqu’à 4.748 points. Il progresse actuellement de 0,92 % à 4.737 points. L’Euro Stoxx 50 progresse lui de 1,02 %. La BCE attend un peu plus d’inflation en 2017 et un peu plus de croissance , c’est justement le scénario joué par le marché depuis l’élection de Trump. Un scénario qui profite aux valeurs cycliques et aux valeurs délaissées au détriment des valeurs de croissance. Cela se vérifie : Peugeot gagne ainsi 2,84 %, Renault 2,78 % et Société Générale 2,60 %. Il n’y a que 6 valeurs en baisse sur le CAC40 dont Klépierre (-0,53 %) et Technip (-0,51 %). Le geste de la BCE peut en effet être perçu comme un signe de confiance dans la croissance européenne, mais aussi une façon de montrer sa confiance malgré l’échec du référendum italien et malgré les nombreuses élections qui se profilent en Europe en 2017.

Le marché l’entendra-t-il de cette oreille ? Pour Brendan Mulhern chez Newton (Groupe BNY Mellon), «la continuité des politiques court-termistes et les liquidités de la BCE ne pourront pas résoudre les problèmes sous-jacents de l’Italie. Une base d’actifs non productifs combinée à la structure des coûts existante conduit à l’érosion continue du bilan du pays, et qui est visible lorsque l’on regarde les banques « zombies » italiennes, qui nuisent au potentiel économique du pays. Renforcer le système bancaire italien avec les liquidités de la BCE, bien que repoussant la crise, ne fait rien pour améliorer les perspectives économiques de l’économie transalpine, et la possibilité d’une implosion désordonnée de la zone euro sur le long terme a augmenté ».

Mais pour l’instant, les investisseurs veulent plutôt remettre du risque dans leur allocation d’actif dans un contexte de moins en moins favorable aux obligations.

Pierrick Fay
lesechos

Aller en haut