Accueil / Auto & Transports / TechRules : la supercar électrique chinoise viendra de Turin

TechRules : la supercar électrique chinoise viendra de Turin

TechRules : la supercar électrique chinoise viendra de Turin

Avec Giugiaro au design et Gianetti à la production, la GT96 électrique sera produite à 25 exemplaires par an au tarif démocratique de 2,5 millions d’euros.
La Chine change, c’est une évidence, et l’officialisation à Pékin des accords entre TechRules d’une part et d’autre part le célébrissime designer Giorgetto Giugiaro, flanqué de son fils Fabrizio, et de LM Gianetti qui dirige une société italienne spécialisée dans l’ingénierie automobile, ne fait que le confirmer. En alliant les moyens d’un nouveau dragon chinois, le talent avéré d’un cabinet de design européen de renom et le savoir-faire d’un constructeur artisanal basé depuis 1966 à Turin, les ingrédients ont de quoi défriser le petit monde de la supercar.
MM.Willian Jin, Fabrizio et Giorgetto Giugiaro sont tombés d’accord pour fabriquer cette TechRules GT96 © Techrules
Car l’accord officialisé à Pékin hier porte sur la construction d’une supercar vraiment hors série, car électrique et dotée d’un prolongateur d’autonomie thermique à turbine. Une première dans le genre, mais qui n’est pas absurde, car, déconnecté du système de traction, le prolongateur ne sert en effet qu’à recharger des batteries, et pour bien faire à régime et débit constants.
6 moteurs de 13 kilos
Jusque-là, on le faisait avec des moteurs thermiques conçus à la base pour varier à l’extrême les régimes, un atout inutile ici puisque c’est la traction électrique qui assure, en souplesse, la variation d’allure. C’est pourquoi TechRules et son président fondateur William Jin ont eu l’idée de développer pour la GT96 cette hybridation de 6 moteurs électriques pesant chacun 13 kilos (un par roue avant, deux par roue arrière) et d’une turbine pour recharger les batteries.

Celles-ci, en forme de T pour mieux se loger dans le châssis en fibre de carbone, sont le résultat de l’assemblage de 2 376 cellules lithium-ion représentant une charge de 300 kilos. La capacité totale serait de 20 kWh et permettrait une autonomie purement électrique de 150 kilomètres. Mais elle pourra considérablement croître avec le TREV (Turbine-Recharging Electric Vehicle) qui marie donc, pour recharger la batterie, une microturbine, des onduleurs, des pompes à carburant et à air, et naturellement un générateur pour un poids total de 100 kg.
Turbine tous carburants
De nouvelles technologies de gestion des batteries améliorent leur temps de recharge. Le rendement élevé du système TREV permet aussi d’utiliser moins de batteries, d’où un gain d’espace et de poids. Le tout est développé, fabriqué et protégé par brevets par le chinois TechRules, spécialisé dans ces nouvelles technologies.

La turbine ayant l’avantage de pouvoir brûler différents carburants, elle pourra porter l’autonomie à…. 2 000 kilomètres avec 80 litres de kérosène dans le réservoir. Si l’on préfère, cela pourra être du gasoil ou du gaz naturel, au choix. Les performances annoncées sont pour le moins sensationnelles même s’il faut se méfier de l’enthousiasme chinois. TechRules parle en effet pour les 6 moteurs de 768 kW, soit 1 030 ch de puissance et….8 600 Nm de couple. La supercar électrique permettrait un 0 à 100 km/h en 2,5 secondes et une vitesse de pointe limitée électroniquement à 350 km/h. Voilà qui va réjouir Mme Hidalgo sur les voies sur berge parisiennes.

Rien à redire sur la consommation puisque, selon le cycle américain NEDC nettement plus sévère que le notre, la dépense an carburant se solderait par 0,18 l / 100 km… avec un œuf sous le pied droit. Mais si vous vous laissez aller en sollicitant le TREV, la dépense pourrait atteindre 4,8 l / 100 km. À vérifier naturellement, ce que Le Point ne manquera pas de faire si TechRules a le sens du défi et veut bien nous y convier.
Voiture de footballeur
« Le système TREV est un mariage parfait entre une micro turbine et un véhicule électrique. Il est très efficace, produit très peu d’émissions nocives, et présente la solution optimale pour la recharge des véhicules électriques », assure William Jin, fondateur et PDG de TechRules. Nouvellement créée pour développer les nouvelles technologies automobiles, la société est une filiale de TXR-S, une entreprise de recherche et de développement qui a d’autres filiales opérant dans le développement de nouveaux matériaux, la production de biogaz et l’aérospatiale.

Présentée à l’état de prototype au Salon de Genève 2016, TechRules entend bruler les étapes pour sa GT96 et dévoiler la version de série au même endroit, en mars 2017. Selon les déclarations de M. Jin à Pékin, la petite ligne de montage de Turin serait alors en mesure de démarrer la production en toute petite série puisqu’elle ne représentera que 25 exemplaires par an soit deux par mois. Un compte-gouttes compréhensible puisqu’il est question d’un prix de vente de 2,5 millions d’euros. Une vraie voiture de footballeur. Il restera à Giorgetto Giugiaro à calmer les enthousiasmes de MM. Jin père et fils qui managent le projet et à éliminer cet horrible aileron arrière qui dénature l’œuvre du designer.

 

 

lepoint.fr

Aller en haut