Accueil / Tic & Telecoms / Télécoms : la data et le mobile money portent les résultats de MTN au premier trimestre 2017

Télécoms : la data et le mobile money portent les résultats de MTN au premier trimestre 2017

Télécoms : la data et le mobile money portent les résultats de MTN au premier trimestre 2017

Grosse amende et opération de licenciement au Nigéria, coupure d’Internet au Cameroun, les ennuis de MTN en Afrique n’en finissent pas. Pourtant, le rapport financier du groupe pour le premier trimestre 2017 démontre la bonne santé du groupe qui a su profiter du boom de la data et du Mobile Money. Détails.

 

 

A LIRE AUSSI...
  Malgré ses ennuis dans plusieurs de ses plus grands marchés, le Nigéria et le Cameroun notamment, le groupe sud-africain, MTN, semble non seulement tenir le coup mais arriver à doper sa rentabilité. Le géant africain des télécommunications a réussi, selon le rapport des états financiers pour le premier trimestre 2017, à améliorer ses revenus de 7,1 % entre le 1er janvier et le 31 mars. Une performance boostée notamment par les revenus du segment de la data qui se sont améliorés à 29,4 %, d’une année à l’autre, faisant de la connexion mobile la source de 20 % des revenus du groupe.

Afrique australe… les marchés matures

Chez lui, en Afrique du sud, le groupe a enregistré une performance solide au premier trimestre avec un chiffre d’affaires en hausse de 4,1%. Là aussi, la performance de l’opérateur a été soutenue par la data et les revenus numériques qui ont augmenté de 17,8% et 20,3% respectivement, tandis que les revenus de la voix sortante ont diminué de 5,4%.

MTN Ouganda a également a été performante au premier trimestre de cette année. Le mérite revient notamment au Mobile Money, dont le chiffre d’affaire a augmenté de 34,0%, représentant désormais 22% du chiffre d’affaires total dans le pays.

Nigéria, MTN revient au vert…

Au Nigeria, la situation change. Le groupe affirme avoir connu un bon début d’année avec une augmentation de 11,6% du chiffre d’affaires total. Là aussi, c’est surtout l’augmentation de 71,3% des revenus de la data qui a dopé la performance du groupe. Néanmoins, la base d’abonnés de la filiale nigériane s’est effritée de 2,3% au cours du trimestre. Une conséquence directe de la réglementation stricte des autorités nigérianes quant à l’identification des abonnés, qui lui a coûté au passage une amende de 1,7 milliard de dollars, l’année dernière.

Cela n’empêche pas l’opérateur de continuer à investir dans l’infrastructure réseau dans le pays. MTN Nigeria a continué à exécuter ses plans de déploiement du réseau en mettant l’accent sur le réseau de données, un élément clé de la stratégie de croissance à moyen terme du Groupe. C’est d’ailleurs cette stratégie qui a débouché sur une restructuration, qui a impliqué le licenciement de 280 de ses employés, soit 15% de ses effectifs dans le pays. Selon plusieurs médias, l’opération entre dans le cadre de la stratégie du groupe visant à s’investir davantage dans les TIC et les activités numériques au détriment des autres activités.

Hausse phénoménale au Ghana, retour à la normale en Côte d’Ivoire

Pareillement au Ghana, l’opérateur a bénéficié de l’amélioration de l’environnement macroéconomique avec une solide progression des revenus data qui enregistrent une hausse phénoménale de 55,2%. L’autre relais de croissance de l’opérateur dans le pays n’est autre que le Mobile Money qui représente désormais 13% des revenus totaux de la filiale ghanéenne.

En Côte d’Ivoire, le groupe indique qu’« après une difficile année 2016 durant laquelle le chiffre d’affaires et les bénéfices avant intérêts, impôts, amortissements (EBITDA) a subi des pressions, MTN Côte d’Ivoire a pu enregistrer une nette amélioration au trimestre, ce qui représente une croissance de 9,4% du chiffre d’affaires ». Comme les autres pays du continent, la performance a été tirée par les revenus de la data et le Mobile Money qui ont augmenté, respectivement de 84,1%, et de 32,5%.

Cameroun, la coupure coûte cher…

Mais c’est au Cameroun que l’opérateur a eu la tâche la plus difficile durant les 3 premiers mois de 2017. La raison n’est autre que l’arrêt du service data dans les régions anglophones, touchant tous les opérateurs du pays, notamment les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. La suspension d’Internet a impacté la croissance de la data qui a perdu 9,8% au premier trimestre 2017 de ses revenus par rapport à l’année dernière.

Enfin, le rapport financier de MTN indique que la filiale iranienne du groupe, MTN Irancell, a connu une forte dynamique des revenus au cours de cette période, les revenus de la data augmentant de 76,7% par rapport à l’exercice précédent.

La Tribune Afrique

Aller en haut