Accueil / Tic & Telecoms / Télécoms : le britannique Lycamobile vole au secours d’Azur Gabon

Télécoms : le britannique Lycamobile vole au secours d’Azur Gabon

Télécoms : le britannique Lycamobile vole au secours d’Azur Gabon
En crise depuis plusieurs mois avec une dette estimée à plus de 24 milliards de Fcfa, Azur Gabon pourrait bientôt sortir de l’impasse. Après un partenariat signé en novembre, le britannique Lycamobile avance bien sur le dossier de la reprise des activités de la filiale locale de l’émirati Bintel.

Tout n’est pas fini pour Azur Gabon. Bien au contraire, le dossier de reprise par le britannique Lycamobile semble bien avancer. En effet, c’est dans la salle réunion du ministère de l’Economie numérique, Alain Claude Bilie-By-Nze, qu’a eu lieu en fin de semaine une rencontre entre l’officiel et une délégation du groupe Lycatel, maison mère de Lycamobile, un opérateur mobile virtuel qui commercialise des services de téléphonie et d’internet mobiles internationaux au moyen de cartes rechargeables uniquement. Celle-ci a exposé son plan de gestion pour faire renaître de ses ruines une compagnie de téléphonie qui croule depuis plusieurs sous les ruines depuis plusieurs mois.

« Le Gabon, aujourd’hui, a un potentiel très important pour nous par rapport au pouvoir d’achat. Nous entendons impulser une nouvelle dynamique au sein d’Azur Gabon », a déclaré Suthan Atputharajah, consultant chez Lycamobile et membre de la délégation, rapporte la presse locale.

Après de nombreuses turbulences…

Implanté au Gabon en 2009 -dans le sillage d’une expansion en Afrique du groupe Bintel qui a également vu l’implantation d’Azur au Congo et en Centrafrique-, Azur n’a jamais réussi à dominer le marché, mais l’opérateur se voulait tout de même ambitieux et confiant pour l’avenir.

En juin 2015, ce dernier se félicitait d’avoir réussi à relever son chiffre d’affaires de 5 à 10% en deux ans. Mais la situation d’Azur Gabon s’est rapidement détériorée laissant place désormais à une entreprise lourdement endettée, à hauteur de plus 24 milliards de Fcfa (plus de 36 millions d’euros). L’été 2017 y a été très mouvementé avec notamment une brouille entre actionnaires, une série de grèves des salariés, …. A l’automne, Vane Kringer, alors Président du Conseil d’administration jetait l’éponge en démissionnant. Début novembre, plusieurs saisies conservatoires laissaient déjà planer l’idée d’une mise en liquidation judiciaire.

…de profonds changements en vue

Cependant, la signature d’un partenariat entre les groupes Lycatel et Bintel au profit des filiales africaines de ce dernier intervenue en fin novembre rouvrait la porte de l’espoir. Pour Azur Gabon, Lycatel au travers de Lycamobile devrait dans ce cadre offrir son expertise opérationnelle dans le développement du trafic international et le financement des besoins de trésorerie pour le lancement de la 3G, un projet qui peine à voir le jour depuis des années.

Concrètement, le plan de gestion présenté au ministre gabonais de l’Economie numérique consiste en refonte complète du mode de gestion interne de l’entreprise. Au menu entre autres: « changement de l’équipe de gestion, au changement du management, à la régularisation des salaires et de la dette »,  selon les explications de Suthan Atputharajah, consultant chez Lycamobile.

Pour rappel, Lycamobile est présent dans 19 pays à travers le monde avec une présence plus marquée en Europe. La firme londonienne n’a posé le pied en Afrique que depuis octobre 2015, et ce en Tunisie. La concrétisation de son entrée sur le marché gabonais au travers d’Azur Gabon marquerait une étape importante de son histoire en Afrique subsaharienne.

La Tribune Afrique

Aller en haut