Accueil / Tic & Telecoms / Téléphonie mobile au Bénin : désarroi des consommateurs face aux dysfonctionnements (REPORTAGE)

Téléphonie mobile au Bénin : désarroi des consommateurs face aux dysfonctionnements (REPORTAGE)

Téléphonie mobile au Bénin : désarroi des consommateurs face aux dysfonctionnements (REPORTAGE)

“Le numéro de votre correspondant est, soit hors de la zone de couverture, soit éteint. Veuillez rappeler ultérieurement. Voilà le refrain que nous fredonnent presqu’à l’unanimité les réseaux de la téléphonie mobile qui couvrent le marché béninois”, se plaignent presque à l’unanimité les neuf millions de Béninois abonnés aux différents réseaux GSM couvrant le territoire béninois.

Au Bénin, malgré les réformes opérées sur les taxations des services GSM qui sont passées depuis le 1er janvier 2017, de 23 à 10%, les consommateurs béninois des réseaux de téléphonie mobile sont dans le désarroi avec des dysfonctionnements notés sur les différents réseaux alimentant le territoire béninois.

Les abonnés béninois des réseaux GSM se plaignent quotidiennement du système de facturation très opaque, d’un service internet inaccessible et trop cher, des défalcations de crédits jugées sauvages et arbitraires pour des services inexistants ou auxquels ils n’ont jamais souscrit, les services-clientèles injoignables.

Pourtant, s’indigne Ignace Dossou, un consommateur a titré des produits de trois réseaux de la téléphonie mobile sur les cinq qui couvrent le territoire béninois, notamment MTN Bénin, MOOV Bénin et GLO Bénin, “le consommateur a le droit d’avoir accès aux services des communications électroniques de base et de la poste à des prix raisonnables. C’est un droit humain fondamental d’avoir accès à ces services”.

Il estime que le gouvernement béninois et par ricochet l’Autorité de Régulation ont la responsabilité de rendre disponible ces services aux populations en s’assurant que “le consommateur a le droit à des informations précontractuelles, exhaustives, claires (compréhensibles), utiles, adéquates et précises sur les services et choix offerts par un fournisseur de services pour faciliter un choix renseigné”.

Pour lui, ces informations doivent clairement spécifier ce qui est inclus dans le prix pratiqué et ce qui ne l’est pas, ainsi que des informations claires sur la qualité du service fourni.

“Les consommateurs ont le droit de recevoir toutes les informations nécessaires à une utilisation efficiente des services”, a-t-il affirmé.

Face à ces dysfonctionnements constatés au niveau des différents réseaux de téléphonie mobile au Bénin, le gouvernement béninois, par le biais de son département de l’économie numérique et de la communication, et l’Autorité de régulation des postes et télécommunications ont pris des décisions, allant des avertissements aux mises en demeures en passant par des sanctions, assorties des payements d’amende, pour freiner les déviances observées.

Malgré ces décisions, les consommateurs béninois ne sont toujours pas à l’abri des désagréments constatés au niveau des réseaux de la téléphonie mobile au Bénin.

“Trop c’est trop ! L’Etat béninois doit assurer désormais ses responsabilités en infligeant désormais des sanctions sévères, si possible, en retirant les licences accordés aux opérateurs des réseaux GSM qui ne veulent pas fournir de services de qualité à leurs abonnés”, a souhaité Paul Tossa, un autre abonné des réseaux GSM à Cotonou.

Sur les cinq réseaux de la téléphonie mobile qui opèrent sur le territoire béninois, seuls trois, notamment MTN Bénin, MOOV Bénin et GLO Bénin, sont encore opérationnels alors que le réseau BBCOM a déjà mis ses clés sous paillasson et l’Etat béninois a aussi ordonné la dissolution de l’opérateur de téléphonie mobile Libercom SA.

COTONOU, 8 octobre (Xinhua)

Aller en haut