jeudi 26 novembre 2020
Accueil / Mines & Energies / Tesla veut plus de nickel pour les batteries de ses véhicules électriques

Tesla veut plus de nickel pour les batteries de ses véhicules électriques

Tesla veut plus de nickel pour les batteries de ses véhicules électriques

C’est un appel inédit aux compagnies minières. Elon Musk, le PDG du constructeur automobile américain Tesla, leur demande de produire plus de nickel pour les batteries de ses véhicules électriques.

L’appel est on ne peut plus surprenant. Il est rare qu’un consommateur final de métaux annonce la couleur de cette manière, mais c’est ce qu’a fait Elon Musk, lors de la présentation des résultats de Tesla. « Tous les groupes miniers, s’il vous plaît, extrayez plus de nickel, OK », a lancé le PDG du constructeur américain de véhicules électriques. « Où que vous soyez dans le monde, s’il vous plaît, produisez plus de nickel et n’attendez pas qu’il revienne aux prix élevés que vous avez connus il y a cinq ans. Visez une extraction de nickel efficace, évidemment respectueuse de l’environnement, à gros volume. Tesla vous donnera un contrat géant sur une longue période si vous produisez efficacement et en respectant l’environnement. »

Le nickel encore indispensable pour des batteries légères

Pour une fois, ce n’est pas le cobalt qui est au centre des préoccupations de Tesla. Un mois après avoir signé un contrat avec Glencore pour s’approvisionner en cobalt congolais, Tesla s’inquiète de son approvisionnement en nickel. Bien qu’il existe des alternatives, le nickel reste incontournable si l’on veut que la batterie du véhicule reste petite et légère et que sa charge dure longtemps. Surtout pour les véhicules utilitaires vers lesquels Tesla veut diversifier sa gamme.

Mais l’acier inoxydable plombe les batteries au nickel

Mais le constructeur automobile risque d’avoir du mal à s’approvisionner en cette qualité de nickel. Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, les prix mondiaux du nickel ont plongé et restent vraiment à la traîne par rapport aux autres métaux. Ce qui n’encourage pas vraiment au développement de nouvelles capacités spécifiques au nickel pour les batteries parce que le reste du marché de ce métal est déprimé. Et c’est la part prépondérante : l’acier inoxydable, 90% de l’utilisation du nickel sur la planète. La pandémie a fait s’effondrer la demande de couverts dans la restauration. Elle a fait plonger la consommation d’inox dans l’aéronautique ou pour les oléoducs. D’un déficit de nickel l’an dernier, le marché est désormais passé en excédents qu’il pourrait traîner plusieurs années de rang.

Nouvelles unités menacées en Indonésie

Mais ce n’est pas le nickel beaucoup plus pur que convoite Tesla pour ses batteries. L’accord signé par le constructeur américain avec Vale pour du nickel calédonien de cette qualité pourrait bien être insuffisant. Or, avec le marasme du marché mondial du nickel, les nouvelles unités qui devaient se monter en Indonésie sont désormais compromises.

rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut