Accueil / Mines & Energies / Thierno Bocar Tall, la finance au service de l’énergie renouvelable

Thierno Bocar Tall, la finance au service de l’énergie renouvelable

Thierno Bocar Tall, la finance au service de l’énergie renouvelable

Thierno Bocar Tall est en ligne de front dans le développement des énergies renouvelables en Afrique.

Depuis janvier 2011, Thierno Bocar Tall est président et directeur général de la Société africaine des biocarburants et des énergies renouvelables, la SABER, une organisation internationale ayant son siège à Lomé et dont le capital est détenu par 15 Etats actionnaires (Bénin, Burkina Faso, Cap Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée Bissau, Mali, Niger, Nigéria, Sénégal, Sierra Léone, Tchad et Togo) et 6 institutions financières (BIDC, BOAD, Ecobank, FAGACE, IEL et Nexim Bank).

La SABER vise à promouvoir et financer des projets d’énergie renou- velable et d’efficacité énergétique dans les secteurs public et privé, d’appuyer le transfert de nouvelles technologies vertes pour le développement des industries des énergies renouvelables et, entre autres, de fournir des conseils aux gouvernements et au secteur privé. A cette fin, la SABER intervient par le biais du Fonds africain des énergies renouvelables (FAER), d’Abrec Capital, structure dont Thierno Bocar Tall est le président du Comité exécutif, et la Société africaine des Eco-Techno Parcs (SAGEcoP).

Géré par la société Berkeley Energy LLP, le FAER est un fonds de capital investissement qui investit dans les projets d’énergie renouvelable de petite et moyenne envergure en Afrique subsaharienne, notamment les sources d’énergie renouvelables telles que les énergies solaire et éolienne, la bio- masse, l’hydroélectricité et les projets de réduction du torchage de gaz.

Le fonds vise une prise de participation majoritaire dans 8 à 12 nouveaux pro- jets d’un montant de 10 à 80 millions de dollars et d’une capacité de 5 à 50 MW. Il bénéficie d’une facilité d’appui au projet qui fournit les ressources néces- saires pour structurer les opérations bancables. Le fonds qui vise une taille cible de 200 millions de dollars a une période d’investissement de cinq ans et une échéance de 10 ans, avec possibilité de prolongation de deux fois un an. Quant à la société Abrec Capital, basée à Londres et seconde structure par laquelle intervient la Saber, elle gère le fonds d’investissement «African Green Development Fund » (AGDF) posi- tionnée sur le segment des PME et PMI dans le domaine des énergies renouvelables.

Parmi les objectifs majeurs d’Abrec Capital, figure le financement via des prises de participation dans les projets d’énergies renouvelables dont le coût est compris entre 500 000 et 2 mil- lions de dollars à travers l’AGDF, la faci- litation du transfert de technologie en contribuant au financement des projets du parc industriel, l’assistance au sec- teur privé dans l’élaboration des plans d’affaires, la mobilisation de ressources et le renforcement des capacités. Pour sa part, la SAGEcoP a été mise en place par la Saber pour aménager et gérer des éco-techno parcs en Afrique de l’Ouest. L’ éco-techno parc est un parc technologique industriel, conçu et géré selon des principes écologiques. Il est dédié aux entreprises travaillant dans les secteurs innovants des énergies propres et renouvelables. L’objectif stratégique de la SAGEcoP est la promotion d’une industrialisation écologiquement viable en contribuant à l’amélioration de l’offre de service en énergies propres à des coûts moindres. L’ éco-techno parc est par vocation un candre de production distinctif, à forte valeur ajoutée avec notamment des services comprenant le transfert de technologie, l’incubation d’entreprises, le financement et l’assistance administrative et technique. C’est aussi un point d’entrée dans un réseau de sciences & techniques et d’affaires. «C’est donc fort de cette organisation institutionnelle que la Saber intervient sur le plan opérationnel aussi bien au niveau régional qu’au niveau étatique », explique Thierno Bocar Tall. Dans ce cadre, l’UEMOA et la Saber ont signé le 2 mai 2013 une convention de Maîtrise d’Ouvrage Déléguée (MOD) pour la réalisation des études de faisabilité, de la fourniture et de l’installation d’ équipements solaires et de Lampes à Basse Consommation dans les Etats membres de l’Union dans le cadre de l’exécution du Programme régional de développement des Energies renouvelables et de l’efficacité énergétique (PRODERE). Il s’agit complètement pour le PRODERE I d’installer des lampadaires solaires photovoltaïques, des kits solaires photovoltaïques, des lampes basses consommations (LBC), des systèmes d’adduction d’eau potable et des mini-centrales solaires.

A l’issue de l’exécution du programme pour un premier lot de pays qui comprend le Bénin, le Sénégal et le Togo, une puissance totale de 2,15 MW d’ énergie solaire a été installée impactant ainsi plus de 600 000 habitants en milieu rural et urbain. La mise en œuvre du PRODER I pour le second lot du pays, à savoir le Burkina Faso, la Guinée Bissau, le Mali et le Niger, est en cours de réalisation et sera achevée au 31 mars 2015. S’agissant de PRODERE II, il s’agira d’installer des centrales solaires photovoltaïques d’une puissance de 200 MW à raison de 25 MW par pays avec une réalisation et une gestion confiée au secteur privé. Toutefois, l’UEMOA compte mettre en place avec la SABER, un nouveau mécanisme de financement dénommé «Facilité régionale d’accès à l’énergie durable (FRAED) » permettant l’accès de l’énergie aux ménages les plus démunis. Cette facilité, sorte de «Bridge Fund» consiste à assurer un niveau de rendement acceptable pour le secteur privé (18 à 20%) aux tarifs fixés par les autorités publiques.

Au niveau étatique, la SABER assiste des pays actionnaires dans la mise en œuvre des projets spécifiques d’ éner- gies renouvelables. C’est ainsi qu’au Togo 13 000 lampadaires solaires ont été installés, au Bénin 15 000 lampa- daires et des minis-centrales solaires sont en cours de réalisation. Au Niger, la supervision des projets d’électrifica- tion rurale est en cours. Par ailleurs, la SABER, en tant que partenaire de la Communauté électrique du Bénin (CEB) assiste cette institution dans la réalisation de deux centrales solaires de 5 MW chacune au Bénin et au Togo. Ce positionnement stratégique de la SABER sur les énergies renouvelables en Afrique fait d’elle un partenaire privilégié pour les mécanismes de financement des AME notamment le fonds pour l’Environnement mondial (FEM) et le fonds vert pour le climat auprès duquel elle est accréditée comme observateur.

Encadré

Qui est Thierno Bocar Tall

De nationalité sénégalaise, Thierno Bocar TALL, directeur général de SABER, est titulaire d’une maîtrise en Finance et Economie de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (promotion 1980). Il a été pendant quatre ans, de 1981 à 1984, chef de l’Unité de l’Audit Externe au Centre des Entreprises Publiques, au minis- tère des Finances et des affaires économiques. Puis, c’est le début d’une carrière régionale et africaine qui se poursuit encore aujourd’hui. Recruté par la Banque d’investissement et de Développement de la CEDEAO (BIDC) en 1985, en tant que Chef Division Politiques et Procédures Opérationnelles, il y restera jusqu’en 2003 enrichissant son expérience de la vie des institutions financières africaines. En 2003, il est nommé directeur de la mobilisation des ressources au sein du NEPAD, puis Directeur des Etudes et de la Planification Stratégique de 2005 à 2007, avant de prendre les commandes du Fonds africain des biocarburants et des énergies renouvelables (FABER) d’août 2007 à décembre 2010. Thierno Bocar Tall est par ailleurs membre du Conseil d’administration de Global village Energy Partnership depuis 2013.

financialafrik.com

Aller en haut