Accueil / Développement / Togo : 9241 nouvelles entreprises créées en 2018

Togo : 9241 nouvelles entreprises créées en 2018

Togo : 9241 nouvelles  entreprises créées en 2018

Selon des statistiques du Centre de formalité des entreprises (CFE) 9241 nouvelles entreprises ont été créées année au Togo. Ces chiffres démontrent à suffisance l’engouement des  Togolais pour l’entrepreneuriat, face au manque d’emploi.

Sur les dix derniers mois, la formalisation des entreprises a eu le vent en poupe au Togo. Le nombre d’entreprises enregistrées au guichet du CFE dépassent déjà celui de toute l’année 2017 où seulement 8199 entreprises sont entrées dans le circuit formel.

D’après les statistiques,  1281 nouvelles entreprises ont vu le jour seulement en  octobre 2018. Ce chiffre représente une hausse de 65,7% par rapport au mois de septembre où le nombre d’entreprises créées avait atteint son plus bas niveau depuis janvier. De janvier à octobre 2018, 9241 nouvelles entreprises se sont formalisées, contre 7243 la même période l’année dernière. En glissement annuel, ce taux représente une hausse de 27,5%. Sur les neufs premiers mois de cette année, 80,39% des entreprises créées, soit en tout 7429 enseignes, appartiennent à des Togolais et sont en hausse de 55%, comparativement à la même période l’an dernier où les nationaux n’avaient lancé que 4769 nouvelles entreprises.

Quels  marchés pour les nouvelles entreprises ?

Selon le dernier rapport Doing business de la Banque mondiale,  le Togo est l’un pays les plus réformateurs dans le monde. Plusieurs réformes allant dans le sens de l’amélioration du climat des affaires, dont la facilité de création d’entreprises ont en effet été réalisées  par les autorités togolaises. Dans le pays, il est possible depuis quelques années de créer son entreprise en 24 heures seulement. C’est sans doute l’une des raisons qui expliquent l’augmentation du nombre d’entreprises créées en un temps record.

L’autre raison qui peut expliquer l’engouement des Togolais à l’entrepreneuriat est l’instauration de mécanismes incitatifs et d’accompagnement comme le Fonds de soutien des initiatives économiques des jeunes  (Faiej), le Programme d’appui au développement à la base (Pradeb),  ainsi que le Programme national de promotion de l’entrepreneuriat rural (PNPER) …, afin de faciliter l’accès des initiateurs de projets d’entreprises aux financements. Mais, devenir son propre patron est très difficile, surtout dans un pays où le marché de consommation n’est pas très grand et où près de la moitié de la population vit en dessous du seuil de la pauvreté. En effet, beaucoup de petites entreprises créées par les jeunes sont souvent confrontées aux difficultés financières, au manque de financement et bien souvent au manque d’un vrai marché de consommation, la plupart de ces entreprises mettent très tôt les clés sous les portes.

En plus d’un marché un peu restreint, les entrepreneurs togolais doivent faire face à la concurrence des entreprises étrangères dont les produits dominent les grands circuits de distribution, les supermarchés et les boutiques de la place.  Il est donc important que des mesures soient prises par les autorités pour accompagner les 9241 nouvelles entreprises à faire face à la pléthore des difficultés auxquelles elles sont confrontées.

 

Rachidou Zakari, Lomé

Ecodafrik.com/Ecodufaso.com

Aller en haut