Accueil / Développement / Togo, La «petite Suisse de l’Afrique»

Togo, La «petite Suisse de l’Afrique»

Togo, La «petite Suisse de l’Afrique»

Editorial, paru dans le magazine Les Afriques n°317

Abderrazzak Sitaïl
Abderrazzak Sitaïl, Directeur de publication, Groupe Les Afriques

Avec 600 kilomètres de long et 100 kilomètres de large, le Togo fait figure d’exception en Afrique, et ce, pour de nombreuses raisons.

A la fois colonie allemande et franco-britannique, ce pays a connu différentes influences. Pour rappel, en 1884, le Togo était sous protectorat allemand. Le pays était alors une économie moderne dirigée par un gouverneur doté de tous les pouvoirs. A la fin de la Première guerre mondiale, le Togo fût coupé en deux : deux tiers pour la France et un tiers pour le Royaume-Uni, qui sera par la suite rattaché au Ghana.

Dans les années 80, le pays fût qualifié de «petite Suisse de l’Afrique » en raison de sa petite superficie. Ce qualificatif prémonitoire se confirme de plus en plus, puisque de grandes institutions bancaires ont installé leurs sièges à Lomé. Ecobank, Orabank, BOAD, BIDC, Coris Bank International… sont autant de banques qui ont choisi de s’installer au Togo. Cette présence importante d’organismes financiers devrait pousser les dirigeants togolais à persévérer dans cette voie afin de confirmer le statut de Lomé comme capitale ouest-africaine de la finance. Le pays a tous les atouts.

Par ailleurs, la présence de la compagnie aérienne Asky fait de Lomé un hub régional accessible depuis toutes les capitales africaines.

Les différentes avancées enregistrées ces dernières années, notamment grâce aux réformes pour améliorer le climat des affaires, constituent un bon signal. Après les élections présidentielles, cette orientation stratégique devrait se consolider. Elle doit devenir un chantier parmi d’autres qui attendent le prochain président.

L’Afrique se construit à travers ces grandes capitales. Une compétition positive est en train de se mettre en place. De grandes villes, telles que Dakar, Abidjan, Casablanca, Libreville ou Yaoundé sont déjà dans cette dynamique. Lomé pourrait être l’une des grandes gagnantes de cette compétition.

Abderrazzak Sitaïl, directeur de la publication
lesafriques.com

Aller en haut