Accueil / Bourse / Tokyo finit en nouvelle hausse (Nikkei +0,72%)

Tokyo finit en nouvelle hausse (Nikkei +0,72%)

Tokyo finit en nouvelle hausse (Nikkei +0,72%)

Tokyo (awp/afp) – La Bourse de Tokyo a terminé jeudi en nouvelle hausse, portée par des indicateurs encourageants aux Etats-Unis et un repli du yen face au dollar qui ont fait passer au second plan les inquiétudes géopolitiques.

A l’issue des échanges, le Nikkei des 225 valeurs vedettes a gagné 0,72% (+139,70 points) à 19.646,24 points, et l’indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau 0,61% (+9,76 points) à 1.617,41 points.

Oubliant provisoirement leurs craintes sur le dossier nord-coréen, les investisseurs ont salué des données meilleures que prévu sur l’économie américaine, avec une croissance qui a fortement accéléré au deuxième trimestre. Par ailleurs, les créations d’emplois dans le secteur privé aux Etats-Unis ont bondi en août, selon la société de services informatiques aux entreprises ADP.

“Ces statistiques soulignent la bonne santé de l’économie américaine”, a commenté pour l’agence Bloomberg Juichi Wako, analyste chez Nomura.

Elles ont dopé le billet vert qui est repassé au-dessus de la barre des 100 yens: il s’affichait à 110,58 yens, contre 109,80 yens mercredi à la fermeture de la place tokyoïte. L’euro était quasi stable, autour de 131,30 yens.

Cet affaiblissement de la devise nippone a favorisé l’achat de titres de groupes exportateurs. Et l’annonce avant l’ouverture d’un recul de la production industrielle au Japon de 0,8% en juillet (sur un mois) n’a pas entamé le moral des donneurs d’ordres.

- Bond de Fujifilm et Daiichi Sankyo -

Parmi les valeurs en vue, le conglomérat industriel Toshiba a annoncé avoir échoué à parvenir à une décision sur la vente de sa filiale de puces-mémoires, et poursuit les discussions avec trois consortiums.

Cette opération est cruciale pour permettre à Toshiba d’assainir ses comptes, sans quoi son action, qui bénéficie d’une période de grâce jusqu’à fin mars 2018, sera automatiquement radiée de la Bourse de Tokyo après cette échéance.

La déception des actionnaires, habitués aux nombreux rebondissements dans cette affaire, a cependant été limitée, le titre ayant fini en repli de seulement 0,64% à 306 yens.

Du côté des hausses notables, Fujifilm Holdings a avancé de 2,24% à 4.322 yens. Le groupe de bureautique, photo et produits pour le secteur médical a fait part mercredi d’un plan de rachat de ses propres actions pour un montant maximum de 50 milliards de yens (380 millions d’euros), et a présenté des prévisions financières de bon augure à horizon 2020.

Mais c’est le laboratoire pharmaceutique Daiichi Sankyo qui a signé la plus forte progression du Nikkei: l’action s’est envolée de plus de 13% en séance avant de clôturer sur un gain de 5,26% à 2.599 yens. Selon le quotidien Nikkei, son rival britannique AstraZeneca a fait l’an dernier une offre de rachat sur le japonais, qui l’a rejetée, mais la possibilité d’une acquisition demeure.

Il a été suivi du sidérurgiste JFE Holdings (+3,42% à 2.172 yens), qui a bénéficié du relèvement de recommandation d’une maison de courtage, ce qui a rejailli positivement sur les autres entreprises du secteur (Kobe Steel +2,95% à 1.324 yens, Nisshin Steel +2,28% à 1.430 yens).

Les banques ont aussi été prisées (Mitsubishi UFJ Financial Group +2,05% à 674,1 yens, Sumitomo Mitsui +2,03% à 4.114 yens), ainsi que les groupes industriels Hitachi (+1,69% à 757 yens) et Fanuc (+1,13% à 21.340 yens), ou encore ceux du secteur électronique comme Sony (+0,37% à 4.337 yens) ou Renesas (+3,64% à 1.109 yens).

anb/spi
zonebourse

Aller en haut