Accueil / Développement / Transformation de coton: 200 milliards de FCFA pour implanter une usine turque au Burkina

Transformation de coton: 200 milliards de FCFA pour implanter une usine turque au Burkina

Transformation de coton: 200 milliards de FCFA pour implanter une usine turque au Burkina

 

Le groupe Ayka Addis Textile & Investment, une société turque, compte créer dans les six prochains mois, une usine de transformation de coton au Burkina Faso, à hauteur de plus de 200 milliards de FCFA. Le promoteur de l’entreprise a rencontré, vendredi 2 février 2018 à Ouagadougou, le Premier ministre burkinabè, Paul Kaba Thiéba à ce sujet.

Dans six mois, le Burkina Faso va abriter une usine de transformation du coton local. Il s’agit d’un projet du groupe Ayka Addis textile & Investment, une société turque. Le sujet a été évoqué, au cours d’une audience avec le chef du gouvernement burkinabè, Paul Kaba Thiéba, le vendredi 2 février 2018.

« Le but de notre visite est de poursuivre les discussions que nous avons entamées avec le gouvernement burkinabè il y a de cela un an pour la création d’une usine intégrée de transformation coton au Burkina Faso », a affirmé le promoteur turc du groupe Ayka textile, Ysuf Aydeniz, à sa sortie d’audience.

M. Aydeniz a rappelé que le Burkina Faso produit plus de 600 milles tonnes de coton qui ne sont  pas transformées au niveau local. Pour lui, c’est ce qui justifie la volonté de créer l’une des premières usines de transformation de coton en Afrique, en particulier au Burkina Faso.

Aux dires du promoteur turc, l’usine intégrée de transformation de coton dont le coût d’investissement s’élève à 220 milliards de FCFA, va générer, à terme, plus de 11.000 emplois avec l’utilisation d’une centrale thermique à charbon de 35 mégawatts qui sera basée à Ouagadougou.

Ysuf Aydeniz a souligné que la qualité du coton burkinabè est recherchée par les clients du groupe qui sont en Asie, en Europe et partout ailleurs.

Le projet d’implantation de l’usine du groupe Ayka Addis textile & Investment est supporté dans son intégralité par des partenaires financiers tels que Afriximbank (la Banque africaine d’export-import), la Banque africaine de développement (BAD), Ecobank et Coris Bank International.

Alfred KANON

/Ecodafrik.com

Aller en haut