Accueil / Finances / Trésor public du Burkina: Lancement d’un emprunt obligataire par appel

Trésor public du Burkina: Lancement d’un emprunt obligataire par appel

Trésor public du Burkina: Lancement d’un emprunt obligataire par appel

 

Le Burkina Faso a lancé ce mardi 15 mai 2018 à Ouagadougou, un emprunt obligataire par appel public à l’épargne dénommé Trésor public du Burkina Faso (TPBF) d’un montant de 75 milliards de F CFA. Les souscriptions vont jusqu’à la fin du mois

La Direction générale du Trésor et de la comptabilité publique (DGTCP) du Burkina vient de lancer un emprunt obligataire par appel public à l’épargne. Il est dénommé Trésor public du Burkina Faso (TPBF).

Selon une source proche de la DGTCP, la présente émission d’emprunt obligataire porte sur un montant de 75 milliards de FCA représentés par 7 500 000 obligations d’une valeur nominale de 10 000f CFA avec un taux d’intérêt de 6,5% l’an et une maturité de 7 ans dont deux ans de différé.

En vue de matérialiser cette action, le ministère en charge des finances, précise-t-on, a donné mandat à Coris Bourse pour être arrangeur et chef de file de l’émission obligataire de l’Etat burkinabè sur le marché financier de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

Le principal objectif visé par l’emprunt obligataire est la mobilisation des ressources complémentaires pour assurer l’équilibre financier du budget de l’Etat.

Aux dires du Directeur général du Trésor et de la comptabilité publique Abraham Ouattara, le Burkina Faso a une expérience avérée en matière d’intervention sur le marché boursier. «Nous intervenons régulièrement sur le marché des titres publics», dit-il avant de préciser que «ces obligations constituent un placement sûr et rentable».

M. Ouattara invite l’ensemble des Burkinabè à s’y investir car, selon lui, «au-delà de ce placement, tous les souscripteurs vont contribuer à construire le Burkina Faso».

 

La période de souscription a commencé dès ce mardi 15 mai 2018 et est prévue s’achever le jeudi 31 mai prochain.

Alfred KANON

/ ecodafrik.com

Aller en haut