dimanche 08 décembre 2019
Accueil / Développement / Troisième conférence sur la politique foncière en Afrique : L’Union africaine invite à une meilleure gestion des terres

Troisième conférence sur la politique foncière en Afrique : L’Union africaine invite à une meilleure gestion des terres

Troisième conférence sur la politique foncière en Afrique : L’Union africaine invite à une meilleure gestion des terres

Abidjan, la capitale ivoirienne, a accueilli cette année la conférence sur les politiques foncières en Afrique, axée sur la victoire dans la lutte contre la corruption dans le secteur foncier. Les rideaux se sont levés depuis le 25 novembre 2019. Cette troisième édition a été organisée par la Banque mondiale.

Placée sous le thème «Remporter la lutte contre la corruption dans le secteur foncier : voies de transformation durables pour l’Afrique», la conférence sur la politique foncière en Afrique s’est tenue à Abidjan à l’initiative de la Banque mondiale. « La corruption dans le secteur foncier entravant la capacité des personnes à accéder à la terre et à la posséder peut marginaliser certains secteurs de la société, sapant ainsi leurs moyens de subsistance et perpétuant les conflits, la faim et la pauvreté », lit-on dans le communiqué de presse publié par l’Union africaine en version anglaise le jeudi 28 novembre 2019.

H.E Amb. Josefa Sacko, Commissaire à l’économie rurale et à l’agriculture de la Commission de l’Union africaine (CUA), n’a pas manqué à cette occasion de mentionner l’importance des terres en Afrique, précise le communiqué de presse. La terre en Afrique constitue, d’après elle,  une ressource économique et un facteur clé de la production qui permettent la réalisation de la plupart des activités de développement et de subsistance. « La répartition équitable des terres joue un rôle essentiel dans la promotion du développement durable et dans la réalisation de la paix et de la stabilité sur le continent. Par conséquent, une bonne gouvernance foncière est essentielle au développement de l’Afrique », rapporte-t-on ses propos dans le communiqué de presse de l’Union africaine.

La Commissaire à l’économie rurale et l’agriculture de l’UA invite à une répartition équitable des ressources pour tous,  notamment en tenant compte des femmes, des jeunes, et des autres groupes vulnérables. « Elle a souligné le fait que les femmes continuent de contribuer de manière significative à la production agricole en Afrique, mais que dans la plupart des cas, elles ne sont pas en mesure de jouir de tous leurs droits sur la terre », explique-t-on.

La gestion des terres en Afrique doit être transparente et correspondre aux défis du changement climatique, des catastrophes naturelles et de la dégradation de l’environnement, a-t-elle invité.

Pour sa part, le ministre de la Justice de la Côte d’Ivoire, Sansan Kambile, a invité  les États membres de l’Union africaine à faire de la sécurité du régime foncier un objectif de développement. «Sans la sécurité du régime foncier et ses diverses implications, indique-t-il, aucun développement ne peut être durable. C’est une responsabilité collective que nous devons poursuivre pour laisser un héritage précieux aux générations futures ».

Quant à M. Charles Boamah, Vice-président principal de la Banque africaine de développement, celui-ci s’est plutôt attelé à l’exhortation des États africains à agir pour éliminer la corruption dans le secteur foncier « en mettant à profit la technologie et l’innovation ».

«Selon Transparency International, une personne sur cinq dans le monde a versé un pot-de-vin pour un service terrestre. En Afrique, un client d’un service d’administration des biens fonciers verse un pot-de-vin à chaque seconde. Cette corruption se présente sous de nombreuses formes – la corruption ou les transactions foncières illicites n’en sont qu’un exemple. Les promoteurs immobiliers et les spéculateurs ciblent spécifiquement les pays dotés de systèmes de gouvernance faibles. Les puissantes élites locales sont également plus susceptibles de manipuler de tels systèmes afin de servir des objectifs étroits avec peu ou pas d’avantages pour le public », a expliqué M. Boamah.

M. Stephen Karingi, Directeur de l’intégration régionale à la Division du commerce de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, souligne qu’une gouvernance foncière efficace pourrait contribuer à la réduction des coûts des activités commerciales en Afrique ainsi qu’à la réalisation du plan directeur de l’Agenda 2063 de l’Union africaine pour la transformation de l’Afrique.

F. TOGOLA
maliactu

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut