jeudi 12 décembre 2019
Accueil / Développement / Trophées ODI – spécial Afrique : l’innovation technologique ou digitale, vitrine du savoir-faire des entreprises françaises en Afrique

Trophées ODI – spécial Afrique : l’innovation technologique ou digitale, vitrine du savoir-faire des entreprises françaises en Afrique

Trophées ODI – spécial Afrique : l’innovation technologique ou digitale, vitrine du savoir-faire des entreprises françaises en Afrique
Depuis 10 ans, dans le cadre de son Observatoire du développement international (ODI), BearingPoint et ses partenaires, HEC Paris, La Tribune Afrique et le CIAN, interrogent des chefs d’entreprises sur les enjeux du développement international. A l’occasion du 10e anniversaire de l’ODI, BearingPoint a décidé d’organiser des Trophées de l’ODI spécial Afrique. Ces Trophées ont été décernés par un jury prestigieux rassemblant des hommes et des femmes du secteur privé comme du secteur public.

Le Trophée de l’Innovation technologique ou digitale, remis dans le cadre des Trophées de l’ODI le 19 novembre 2019, vise à récompenser le meilleur projet commercialisant des innovations technologiques et digitales de produit ou de procédés en Afrique.

L’apport technologique des entreprises françaises

Le Trophée de l’Innovation technologique ou digitale fait apparaître une primauté accordée aux projets liés à l’accès à l’eau, concernant trois des quatre dossiers finalistes.

Le premier d’entre eux, par ordre alphabétique, est CityTaps qui se propose de traiter un double enjeu lié à l’abduction d’eau en Afrique : d’une part, une proportion importante des populations urbaines vivent encore sans accès à l’eau courante, d’autre part, les opérateurs d’eau subissent bien souvent l’insolvabilité de leurs clients ce qui ne leur permet pas de développer les meilleurs réseaux de distribution.Pour proposer une solution gagnant-gagnant, CityTaps a développé un compteur d’eau intelligent et prépayé qui automatise les processus de relève des compteurs, de facturation et de paiement. Les usagers peuvent créditer leur compte grâce au mobile money et adapter leur consommation à l’irrégularité de leurs revenus, tandis que les opérateurs réduisent leurs créances client.

Le deuxième dossier retenu pour le Trophée de l’Innovation technologique ou digitale est Suez avec un PPP (partenariat public-privé) de déploiement de stations de traitement d’eau dans quarante villes secondaires de Côte d’Ivoire. Ces dernières sont relativement petites et, disséminées sur l’ensemble du territoire, s’avèrent être coûteuses à équiper en stations d’épuration d’eau. Aussi, dans le cadre de ce projet, Suez s’est appuyé sur la rapidité de déploiement, la flexibilité et le faible coût énergétique de sa technologie d’unités compactes préfabriquée. La mise en œuvre de la même technologie dans toutes les villes a permis de créer des synergies et de favoriser des économies d’échelles.

Le troisième finaliste est TV5Monde qui propose une plateforme de diffusion adaptée aux contraintes d’accès à Internet. Depuis plusieurs années, les médias en Afrique constatent en effet la mutation numérique des modes de consommation de contenus audiovisuels. Pour un média traditionnel et très présent sur le continent comme TV5Monde, l’enjeu était de ne pas passer à côté de cette transformation plaçant désormais le smartphone comme un canal de plus en plus répandu de visionnage des programmes télévisés. Pour prendre en compte la contrainte d’un accès à Internet parfois lent, TV5Monde a développé une application incluant un accès hors-ligne à certains contenus ainsi que des vidéos en streaming disponibles en sept formats pour s’adapter à la connectivité de l’appareil.

Enfin, Veolia Water Technologies de son côté s’est emparé d’une problématique propre au Lesotho. Ce pays très montagneux rend difficile et coûteux pour l’Etat de mettre en place un réseau fixe d’adduction d’eau potable. Aussi, l’innovation développée par les équipes de Veolia Water Technologies, basées en Afrique du Sud, repose sur le fait de s’affranchir des réseaux de distribution matériels classiques en développant une solution mobile autonome grâce à des camions 4X4 capables de parcourir les montagnes et de traiter les eaux de surface qu’ils trouvent : lacs, rivières et eaux de barrages. Cette technologie est applicable à d’autres contextes, comme dans le cas de crises humanitaires.

Des impacts variés au-delà de la technologie

Pour évaluer ces quatre candidats, cinq critères ont été retenus : le caractère innovant, la capacité de montée en charge, la contribution au développement technologique ou digital en Afrique, le potentiel de croissance et enfin les efforts consentis en recherche et développement (R&D). Il apparaît que si la dimension digitale au sens large est prégnante au sein des lauréats, au-delà même de cette catégorie et notamment via le paiement mobile, ce n’est pas le seul apport technologique des entreprises françaises à l’Afrique. Les groupes industriels apportent aussi un vrai savoir-faire, de la propriété intellectuelle et des méthodes de travail sur le sol africain. L’impact est donc souvent bien au-delà de l’activité économique considérée.

L’impact peut aller au-delà du champ technologique d’ailleurs. Ainsi il peut concerner aussi le soft power français, notamment au travers de la question du rayonnement culturel. La francophonie constitue en effet un levier important de l’influence de la France en Afrique, où le français est la langue officielle de 21 Etats. Le jury a été particulièrement sensible au fait que, parmi les candidats, plusieurs contribuent à ancrer cette capacité d’influence par la diffusion et la commercialisation de contenus culturels francophones, comme TV5Monde dans cette catégorie.

La dimension sociétale et contribution au développement du continent (et pas que des entreprises) est aussi une dimension clé à prendre en compte dans un grand nombre de ces projets et contribue aussi au rayonnement de plusieurs filières françaises.

Par Jean-Michel Huet et Astrid de Bérail, BearingPoint
afrique.latribune

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut