Accueil / Développement / Trump fait peser un risque important sur le commerce et la croissance mondiale

Trump fait peser un risque important sur le commerce et la croissance mondiale

Trump fait peser un risque important sur le commerce et la croissance mondiale

Parmi les promesses de campagne de Donald Trump, celles concernant le commerce international font peser un risque important sur les marchés financiers et l’économie mondiale.

A LIRE AUSSI...
Outre le retrait des Etats-Unis du Partenariat transpacifique et les accusations de manipulation du Yuan portées contre la Chine – potentiellement comme prélude à l’application de droits de douane ciblés sur les importations chinoises -, il a aussi déclaré qu’il punirait les entreprises qui délocalisent leur production, leurs investissements ou leurs emplois, et défendrait plus généralement un « commerce équitable ».

La rhétorique anti-commerce international du président élu intervient alors que le mouvement de mondialisation a déjà commencé à ralentir. L’intégration du commerce des marchandises se rapproche de ses limites naturelles maintenant que l’incorporation de la Chine et d’autres marchés émergents au sein des chaînes d’approvisionnement mondiales est quasiment terminée. En parallèle, si l’on exclut l’agriculture, les barrières tarifaires sur le commerce des marchandises sont arrivées à des niveaux extrêmement bas. La libéralisation multilatérale des échanges s’est heurtée à un mur dans le cadre des négociations du Cycle de Doha. En conséquence, l’élasticité de la croissance du commerce par rapport à la croissance mondiale a fortement décliné depuis la crise et l’économie mondiale a ainsi perdu l’un de ses principaux moteurs de croissance.

L’arrêt de ce mouvement de mondialisation est néfaste pour l’économie mondiale et contribuera à nous enfermer dans un monde à faible croissance. Mais un arrêt est préférable à une marche arrière, d’où l’inquiétude sur les véritables intentions de Trump en tant que président. Les marchés semblent intégrer le fait qu’il utilise ses discours enflammés pour améliorer l’accès des entreprises américaines aux marchés étrangers, tout en leur offrant des incitations supplémentaires pour développer leur production aux États-Unis dans le cadre des accords commerciaux existants. Dans ce scénario, le discours anti-commerce pourrait rester intense pendant un certain temps, mais cette approche ne se traduirait que par une augmentation modérée du protectionnisme.

Un scénario beaucoup plus négatif reste toutefois possible

S’appuyant sur la législation existante ainsi que sur la marge de manoeuvre dont il dispose en tant que président, M. Trump pourrait adopter une stratégie protectionniste beaucoup plus vigoureuse sur notre horizon d’investissement. Par exemple, il n’a besoin que d’un préavis de six mois pour quitter l’Accord de libre-échange nord-américain. Il pourrait ensuite invoquer d’autres lois pour augmenter de manière significative les droits de douane sur certains des partenaires commerciaux des États-Unis, ou sur la totalité d’entre eux. Ce scénario conduirait probablement à des mesures de rétorsion de la part des partenaires concernés, à des procès avec les entreprises, à un resserrement du marché de l’emploi et à une situation de chaos au sein du Congrès. L’investissement des entreprises chuterait et une récession s’ensuivrait probablement, conduisant à la stagflation en raison de la hausse significative du prix des importations en parallèle de l’augmentation du chômage.

Jeremy Lawson / Chef économiste chez Standard Life Investments
lesechos

Aller en haut