Accueil / Développement / Tunisie : l’Etat se mobilise pour l’exploitation de ses terres domaniales agricoles

Tunisie : l’Etat se mobilise pour l’exploitation de ses terres domaniales agricoles

Tunisie : l’Etat se mobilise pour l’exploitation de ses terres domaniales agricoles
Les autorités tunisiennes ont lancé vendredi dernier, le programme d’exploitation des terres domaniales agricoles. D’après le ministère tunisien de l’agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche, ce programme permettra d’encourager les investissements agricoles et renforcera l’intégration de la jeunesse dans le cycle économique.

Le gouvernement tunisien a lancé ce vendredi 16 mars 2018 son programme d’exploitation des terres domaniales agricoles, ces terres destinées à la location sur toute l’étendue du territoire national. D’après le communiqué du ministère tunisien de l’Agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche, annonçant le lancement du programme, ces terres seront mises par les autorités, à disposition, pour des sociétés de développement et d’exploitation agricole, de lots techniciens, des unités coopératives de production agricole et des fermes non structurées.

45.000 hectares et 100 millions de dinars d’investissement

En effet, pas moins de 40 fermes domaniales serviront à créer des sociétés d’exploitation et de développement agricole réparties sur 11 gouvernorats et 26 délégations, sur une superficie totale de 24.000 hectares et pour une enveloppe totale estimée à 64 millions de dinars. Quant aux terres domaniales destinées à l’exploitation par les unités coopératives de production agricole, elles portent sur une superficie de 10.000 hectares répartie sur 14 délégations pour 18 fermes.

Selon le premier ministre tunisien Youssef Chahed, ce programme d’exploitation des terres domaniales agricoles couvrira une superficie totale de 45 mille hectares pour des investissements de plus de 100 millions de dinars. Il permettra la création de 7.000 emplois. Il vise à encourager l’investissement agricole et intégrer les jeunes dans le ”cycle” économique.

afrique.latribune

Aller en haut